La peinture marine par Antoine STANISIERE

Une sensibilité profonde à l'environnement maritime

Antoine STANISIERE: Le port de Lomener, peinture marine

Je me suis orienté vers le métier d’officier de marine car j’ai été attiré très tôt par le milieu maritime. Ayant débuté la peinture très jeune j’ai été sensible aux lumières, aux couleurs toujours changeantes de la mer et des ciels. Mes nombreuses heures de quart sur une passerelle de bâtiment, au large, sur des mers formées avec des déferlantes, ou par calme plat, m’ont profondément marqué et j’ai voulu rendre dans mes toiles toutes ces nuances de couleur.

La mer est un milieu en perpétuel mouvement et la difficulté du peintre est de transmettre cette dynamique. Une “marine” doit rendre cette impression fugitive. Dans l’heure, voire dans les minutes qui suivent, l’environnement ne sera plus le même. Pour peindre des “marines” il faut aimer la mer et vivre en union profonde avec elle.

Le choix du thème

Les thèmes sont multiples, compte tenu de la diversité des mises en situation. Deux grands ensembles existent: “ La haute mer” et les “ bords de mer”.

La haute mer

Antoine STANISIERE: Mer Agitée, peinture marine

J’aime beaucoup ce sujet car je revis ma carrière maritime. La mer est différente d’une région à l’autre: d’un vert profond et menaçant dans le Golfe de Gascogne, d’un bleu, parfois phosphorescent, rassurant et paisible sous les tropiques. Les peintres de haute mer sont rares car il faut avoir navigué pour rendre cette perception, déceler la profondeur de l’océan, la direction du vent et des vagues. Marin Marie, Chapelet ont été des grands peintres de la haute mer. Les amateurs sont malheureusement rares.

Le bord de mer

Le bord de mer: nous connaissons tous les bords de mer et nous sommes plus sensibles à l’expression du peintre. Il pourra traduire la sérénité d’un bord de plage, ou une ambiance de régates. Sa peinture est “paisible”.

La force de la mer

Un autre thème est celui de la force de la mer, de la dureté de l’océan. Ce ne sera que rochers et écume.

Les conditions de vie des marins

Les conditions de vie des marins, leurs bateaux, l’habitat peuvent également inspirer le peintre.

La technique

Antoine STANISIERE: peintre marine

Le choix du sujet est fonction de ma sensibilité du jour. Certains jours je ne sais pas peindre, d’autres, je redeviens fasciné par la mer et sa puissance.

Je ne sais pas peindre sur commande. Souvent j’aborde le thème choisi en réalisant une gouache, ce qui permet de construire et d’équilibrer les différents composants. Si je suis satisfait je passe à l’huile. Je commence par une pochade très rapide et peins d’abord le ciel. La mer sera son reflet…grise, verte, bleue. Je “jette sur la toile et laisse reposer”, plusieurs jours. J’attends d’avoir de nouveau envie de rentrer dans le sujet, d’avoir un contact physique avec la toile, de dialoguer avec elle et de reproduire ce que je ressens.

Les couleurs choisies sont bien évidemment différentes selon les mers que l’on veut peindre. J’ai un goût profond pour l’Océan Atlantique avec son vert profond aux reflets bleus et son écume transparente.

Après avoir longtemps utilisé la brosse, je travaille maintenant au couteau pour sentir la matière, donner du relief et transmettre la force de la vague. En diluant légérement, j’essaie de reproduire la fluidité de l’eau.


Antoine STANISIERE