Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Brassai

Gyula Halász, également connu sous le nom de Brassai- un pseudonyme sous lequel il est désormais beaucoup plus reconnu - est bien connu pour ses images emblématiques de la vie nocturne parisienne, notamment son livre d'images compilées, Paris de nuit. Cependant, son champ d'action est plus large que ce que cette collection révolutionnaire peut laisser entendre.


Une enfance joyeuse et studieuse

 
Gyula Halász, qui s'appelle Brassai dans son enfance, est né à Brassó, en Transylvanie (aujourd'hui Roumanie). Ses parents sont un jeune couple de la classe moyenne supérieure, et il est l'aîné de leurs trois enfants. Son père est un érudit hongrois aristocratique et raffiné qui fait vivre sa famille en enseignant la littérature française. Sa mère, Mathilde Verzar, est une catholique d'origine arménienne. Le jeune Gyula gardait précieusement le souvenir du séjour sabbatique de son père dans le Paris de la Belle Époque. Gyula et son frère Kálmán jouaient dans les jardins du Luxembourg pendant que leur père poursuivait ses études à la Sorbonne et au Collège de France. Gyula était fasciné par les charmes de la ville. Gyula a commencé à aller à l'école lorsque la famille est retournée à Brassó et s'est rapidement imposé comme un apprenant motivé qui prêtait une attention particulière à ses études en allemand, français et hongrois. Il était également très créatif et doué pour les croquis.

 
Les changements soudains de sa vie à la suite de la première guerre mondiale

 
Gyula a quinze ans lorsque la première guerre mondiale éclate. La famille Halász a quitté Brassó lorsque les forces roumaines ont franchi la frontière de la Transylvanie, car la Roumanie était en guerre contre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie. Ils ont temporairement résidé à Budapest, où Gyula a terminé sa scolarité et obtenu son diplôme, avec d'autres exilés de Transylvanie. Gyula s'est engagé dans l'unité de cavalerie austro-hongroise à l'automne 1917, mais il n'a pas pu participer aux combats en raison d'une entorse du genou et du fait qu'il avait passé la majeure partie de la guerre à se rétablir dans un hôpital militaire. Gyula s'est inscrit à l'Académie hongroise des beaux-arts de Budapest pour étudier la peinture et la sculpture après avoir effectué son service militaire et malgré les guerres en cours. Il résidait dans un appartement avec son mentor et professeur, János Mattis-Teutsch. Grâce à ses liens avec Mattis-Teutsch, un peintre éminent qui était associé à un grand nombre d'avant-gardistes hongrois et internationaux, Gyula s'est rapidement retrouvé mêlé à la scène avant-gardiste de Budapest.

 


Gyula s'est enrôlé dans l'Armée rouge hongroise peu après la signature de l'armistice en novembre 1918 pour défendre la fragile République soviétique hongroise, un État voyou communiste qui n'a duré que 133 jours. En 1920, lorsque la dictature communiste a été renversée, il s'est échappé de Budapest. Gyula, âgé de vingt ans, décide de se rendre à Berlin sur les conseils de son père. Ayant déjà résidé dans l'Empire austro-hongrois, il est accueilli dans la ville et parle l'allemand avec aisance. En fait, il a commencé à travailler comme journaliste pour les journaux hongrois Keleti et Napkelet alors qu'il était étudiant à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin-Charlottenburg. À cette époque, il compose de la poésie et de la prose et continue à s'initier à la peinture, au théâtre et à la musique. À Berlin, il fait également la connaissance d'écrivains et d'artistes hongrois connus, notamment l'écrivain György Bölöni et les peintres Lajos Tihanyi et Bertalan Pór, qui feront plus tard partie de son cercle social parisien. Gyula quitte Berlin et ses études après un seul semestre. Afin de se préparer à son voyage de retour à Paris, il rentre chez lui.

 


La période de développement de ses activités d'artiste

 
En 1924, Montparnasse est l'épicentre de l'activité avant-gardiste. Gyula se met consciencieusement à la recherche de ses contacts berlinois dès son arrivée (en février de cette année-là). Il étudie Proust pour perfectionner son français et fait carrière comme journaliste dans les journaux allemands et hongrois. Pour accompagner ses interviews et ses articles, Gyula utilise parfois des caricatures dessinées ou des images qu'il achète dans des friperies ou des librairies du bord de la Seine. Gyula a rejoint l'agence photographique allemande Mauritius Verlag en décembre 1925, car le secteur florissant de l'édition était très demandeur d'images photographiques.

 


En 1925, André Kertész s'installe à Montparnasse. Les deux hommes collaborent à un certain nombre de reportages pour VU, un hebdomadaire pictural français édité par Lucien Vogel, et Kertész, qui ne parle pas français, est déjà un photographe et un photojournaliste accompli. Kertész a réellement appris à Gyula à prendre des photos de nuit, et il a également encouragé son compatriote et ami à apprécier le potentiel créatif de la photographie.

 


À la fin de la décennie, l’artiste photographe a commencé à créer ses propres photographies après avoir commencé à fournir des photos à la presse allemande en 1926. En 1931, ses photographies commencent à apparaître fréquemment dans les hebdomadaires Vu, Voilá et Regards ainsi que dans les publications sur le crime et le sexe Paris Magazine, Pour lire à deux et Scandale. Gyula parvient à gagner suffisamment d'argent pour survivre pendant la Grande Dépression en vendant les droits de reproduction de ses images à d'autres périodiques et publications. Gyula a continué à poursuivre son ambition de devenir peintre, mais il l'a fait sous un pseudonyme pour beaucoup de ses articles journalistiques - Jean d'Erleich étant probablement le plus connu - afin de garder sa véritable identité pour son art véritable. Il ne voulait en aucun cas que ses différentes activités aient un impact significatif les unes sur les autres. Ainsi, chacune d'entre elles conservait une certaine indépendance qui plaisait fortement à l'artiste. Il utilisait le pseudonyme Brassai, qui est un raccourci du nom de sa ville natale, pour signer ses propres photos. Eugène Atget a été présenté à Gyula par une de ses connaissances, le marchand d'art Zborowski, et Brassai a commencé à s'inspirer de ce célèbre photographe de rue de Paris.