Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Van Gogh

Artiste peintre incompris, d’une personnalité torturée et d’un esprit vif, Vincent Van Gogh (1853 - 1890) est une légende, un peintre de génie.

Précurseur de tous les courants modernes de l’époque, son œuvre pleine de naturalisme puise son inspiration dans l’impressionnisme et le pointillisme. En quête d’évolution permanente, il annonce le symbolisme, le fauvisme et l’expressionnisme.

Au total, Van Gogh a réalisé environ 900 tableaux et près de 1300 œuvres sur papier.

 

« Nous serons pauvres et nous souffrirons la misère aussi longtemps qu’il le faut, comme une ville assiégée qui n’entend pas capituler, mais nous montrerons que nous sommes quelque chose. », Vincent Van Gogh.

 

Vincent Van Gogh et ses débuts de carrière

Peintre et dessinateur néerlandais, Van Gogh est né le 30 mars 1853 à Groot-Zunbert (Pays-Bas) et mort le 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise (France). Il porte le prénom de son frère mort-né un an auparavant, Vincent Willem.

Issu d’une grande famille de l’ancienne bourgeoisie, fils d’un pasteur, Van Gogh grandit au travers d’une culture tant religieuse qu’artistique. La relation avec ses proches est souvent entrecoupée de disputes et de séparations. Ce n’est qu’avec son jeune frère Theodorus (Théo), marchand d’art et mécène, qu’une intense complicité va assurer au mieux son équilibre de vie.

À 16 ans, après une scolarité tourmentée, Van Gogh suit la tradition familiale en rejoignant son oncle galeriste en tant qu’apprenti marchand d’art à la Haye (chez Goupil & Cie). Son passage par la succursale de Londres et de Paris le dégoûte du commerce de l’art. Il est licencié sept ans plus tard.

Vincent Van Gogh devient professeur bénévole dans un petit internat sur le port de Ramsgate en Angleterre. Il aspire à devenir pasteur, mais à cause de son tempérament fougueux, il échoue aux examens de théologie.

C’est à l’âge de 27 ans qu’il décide de se consacrer au dessin et à la peinture. Il prend des cours et évolue plus largement en tant qu’autodidacte.


La formation artistique de Van Gogh

L’artiste peintre Van Gogh, sensible à la misère humaine, commence par reproduire des scènes de vie sombres issues du milieu des mineurs de Borinage en Belgique ou de la paysannerie. Il admire les peintres Jean-François Millet, Eugène Delacroix et Rembrandt.
En 1885, il crée le premier chef d’œuvre de ses années hollandaises, « Les mangeurs de pommes de terre ».

Quand Van Gogh arrive à Paris en 1886, il fréquente les musées, les galeries et les artistes du courant impressionnisme, qui commencent enfin à être acceptés. Il adopte des couleurs plus modernes et claires avec une série de natures mortes, « Quatre fleurs de tournesol fanées » (1887), de nombreuses scènes de rue, de restaurant, « Intérieur d’un restaurant » (1887) ou des portraits, « L’italienne ».

Georges Seurat et Paul Signac cherchent, avec le divisionnisme, à éveiller un néo-impressionnisme plus scientifique. Paul Gauguin adopte un style plus synthétique, abstrait, vers le courant de l'expressionnisme.

Vincent Van Gogh ne cesse d’explorer toutes les nouvelles voies comme les estampes japonaises, les gravures anglaises et admire les œuvres de Peter Paul Rubens. Il s’inspire des plus grands peintres de l’impressionnisme comme Claude Monet, Paul Cézanne, Edgar Degas, Camille Pissaro, Anthon van Rappard ou Emile Bernard.

En 1888, toujours en quête de plus de couleurs, de lumière et d’un style plus personnel, l’artiste peintre poursuit sa vie sans le sud de la France, à Arles. Il y peint frénétiquement plus de deux-cents toiles, plus d’une centaine de dessins et écrit plus deux cents lettres.

 

Des œuvres magistrales issues d’un artiste tourment.

Fin de l’année 1888, l’artiste peintre Van Gogh commence à avoir de premiers signes de problèmes psychiatriques et son optimisme est en berne. Lui qui rêvait de vie en communauté dans son atelier avec d’autres artistes, il se dispute violemment avec Paul Gauguin qui séjournait avec lui depuis deux mois. Il se mutile l’oreille gauche et lors de son rétablissement, il peint « Autoportrait à l’oreille bandée ».

En mai 1889, il se plaint d’entendre des voix et décide d’entrer à l’asile de Saint-Rémy-de-Provence. Lors de son séjour, il développe un esprit imaginatif, créatif et peint plusieurs toiles impressionnistes comme « Les iris » ou « Les lilas ». Van Gogh continue d’ouvrir le champ de l’expressionnisme avec un style inimitable. Il devient plus novateur, avec un graphisme plus fort et des couleurs plus vives. Il utilise abondamment le jaune, le vert et le bleu.

Ses perspectives deviennent plus audacieuses pour peindre des paysages de Provence avec des cyprès, des oliveraies et des blés jaunes. L’artiste atteint son apogée en 1889, avec « La Chambre à coucher » et la « Nuit étoilée ». Ses œuvres révèlent sa pensée qui considère que « la nuit est encore plus richement colorée que le jour ».

 

L’artiste peintre de génie et sa fin de vie

L’artiste Vincent Van Gogh finit son existence à quelques kilomètres au nord de Paris, à Auvers-sur-Oise, avec d’autres nombreux artistes.

Durant cette période, le peintre se confie beaucoup au Docteur Gachet, dont il fit son portrait. Malgré ses souffrances, il ne cesse d’affiner son style en s’attachant aux paysages avec le célèbre « Champ de blé sous un ciel orageux ».

Il perd son enthousiasme au moment où ses œuvres commencent à avoir un certain succès. « Je me sens raté » dit-il à son frère Théo. Ne supportant pas la solitude, les crises de démences continuent de ronger l’artiste peintre.

Van Gogh réalise plus de 80 peintures en deux mois avant d’être victime d’un nouveau coup de folie. Il se tire une balle dans la poitrine le 27 juillet 1890 et meurt de ses blessures deux jours plus tard. Une lettre est retrouvée dans sa poche avec sa mention manuscrite : « Eh bien vraiment nous ne pouvons faire parler que nos tableaux ».

La reconnaissance des œuvres de l’artiste peintre débute véritablement en 1924 avec l’acquisition d’une nature morte de tournesols par la National Galery de Londres.
En 1930, ses œuvres attirent 120 000 personnes à une exposition du Museum of Modern Art, à New York.