Remonter
Art : drapeau blanc ?
art-drapeau-blanc - ARTACTIF
Décembre 2022 | Temps de lecture : 17 min | 0 commentaire(s)

Est-ce que l'art peut être considéré simplement comme l'expression de la beauté, être entièrement tourné vers le beau et en exprimer la quintessence ? L'art peut-il se passer de référence au beau ? Je dirais que oui ! L'art n'est pas forcément une représentation des beautés qui nous entourent et que l'on désire refléter. J'irai même plus loin, en disant haut et fort que l'art peut être un outil de dénonciation.

En effet, l’art peut constituer une massue de communication, devenir un outil de dénonciation, une grenade ou un détonateur anti-guerre quelque part, voire un drapeau blanc, qui par sa définition est un signe international de paix, de trêve de négociation d'un belligérant. Ne sommes-nous d'ailleurs pas tous des belligérants face aux atrocités que nous traversons, devant les guerres où nous sommes de simples spectateurs passifs ? Ne sommes-nous pas des témoins muets des conflits internationaux grandissant que nous traversons ? Car, oui, même si nous autres avons des cadres de vie plus ou moins sécurisés, avons un toit, et à boire et à manger à volonté, d'autres périssent, essayant simplement d'avoir accès à des besoins primaires, notamment les besoins physiologiques pour pouvoir vivre dignement, ceux identifiés par la pyramide de Maslow.

Si nous faisons référence à l'histoire de l'art, nous pouvonsmettre en exergue « Guernica » (1937), la célèbre œuvre du peintre espagnol Pablo Picasso qui constitue un des tableaux les plus connus au monde reflétant les souffrances de la guerre d'Espagne (1937-1939). Cette huile sur toile monumentalede style cubiste (349 cm x 776 cm) représente une dénonciation engagée de l'artiste du bombardement de Guernica, qui s'était produit le 26 avril 1937 lors de la guerre d'Espagne. « Guernica » est une œuvre qui a eu un rôle politique international, devenant un symbole de dénonciation et de refus de la guerre en général.

Il en va de même pour notre époque. Eh oui, car au 21ème siècle, l'histoire n'a pas bien évolué. Il se produit toujours des guerres aux quatre coins du monde. Lorsque certains boivent leur café, tranquillement installé sur leur canapé, devant leur cheminée, d'autres subissent les bruits assourdissants des bombardements, des horreurs qui les affligent. Notre sujet étant l'art, et comme annoncé dans notre titre : « L'art : Drapeau blanc ? », ne nous en éloignons pas.

Je pense que des artistes, ou des journalistes, qui prennent des photos, actes également artistiques, à l'instar des caricaturistes qui souhaitent bousculer l'opinion publique, créent des œuvres d'art. J'aimerais citer une photo qui a particulièrement touché l'opinion publique à l'échelle internationale et heurté les émotions, la photo du petit Aylan qui a fait la une des journaux du monde entier. Cette photo qui a marqué l'histoire n'était autre que celle du petit Aylan, un Syrien de 3 ans, échoué sur une plage à Bodrum, dans la mer Égée en Turquie, en été 2015. Cette photo a eu un effet d'onde de choc. D'ailleurs, son auteure, une photographe turque avait admis : " Peut-être que ma photo a été le déclic que le monde attendait." Cet enfant avait simplement essayé de fuir son pays en guerre avec ses parents et son grand-père. Ils avaient voulu gagner l'Europe, pour une vie meilleure, mais le bateau sur lequel ils se trouvaient avec échoué. Ce n'était pas seulement le bateau qui avait échoué, c'était l'Humanité entière. Cet enfant qui devait se trouver dans un cadre sécurisé, n'avait rien à faire sur ce bâteau à destination tragique, à laquelle il avait été obligé, de par le contexte politique que traversait son pays, tout comme des milliers d'autres enfants et adultes ayant partagé le même destin. Est-ce à un enfant innocent de payer les dettes d’une guerre ? Sommes-nous si inhumains pour se taire face à de tels fléaux ? Cette question s’adresse tout particulièrement aux politiques, les protagonistes de l’arène ensanglantée. Ces petites mains étaient peut-être destinées à peindre pour pouvoir devenir un artiste dans le futur. Ne lui avons-nous pas volé son avenir ? Le monde actuel dans lequel nous vivons ne manque-t-il pas d’humanisme ? Alors, quand certains restent muets face aux injustices, quelques soient les nationalités, les couleurs, et les croyances des personnes vivant ces injustices, si l’art peut servir de dénonciation, n’est-ce pas un privilège ?

Écrire de tels propos au 21ème siècle, en décembre 2022, à l'aube de 2023, est une honte pour l'Homme avec un grand H. C'est en souhaitant un monde meilleur pour nos enfants, les grands de demain, un monde pacifique, que je termine cet article, car "nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants", comme le disait si bien Antoine de Saint-Exupéry. Alors, oui pour l’art : drapeau blanc !

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art