Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Tinguely

Lorsque Jean Tinguely a commencé à réaliser des assemblages à partir de matériaux trouvés, il a rapidement été fasciné par la discussion en cours sur la façon dont la mécanisation et l'innovation industrielle avaient affecté la société moderne. Il a alors modifié de façon spectaculaire ces œuvres statiques en les mettant en mouvement. Tinguely a passé le reste de sa carrière à étudier la fascination que ces créations en mouvement exerçaient sur le public.


Une enfance et éducation classique


Le 22 mai 1925, Tinguely naît à Fribourg, en Suisse, mais sa famille déménage bientôt à Bâle. Enfant unique de deux parents de la classe ouvrière, Tinguely passe beaucoup de temps seul, à explorer son environnement pittoresque. Il a commencé à créer des décorations de vitrines de magasins en tant qu'apprenti en 1940, à l'âge de quinze ans. Il commence ses études à la Kunstgewerbeschule l'année suivante et les poursuit jusqu'en 1945.


Ce sont Kurt Schwitters et Marcel Duchamp qui ont d'abord eu un impact sur Tinguely. Il est particulièrement attiré par leur utilisation d'objets trouvés, qui sont une caractéristique importante du mouvement Dada. La propension à la désobéissance sociale qui a longtemps imprégné la communauté artistique et la société en général l'a attiré. Tinguely a établi son propre style en fusionnant des objets trouvés du type de ceux que l'on voit dans les œuvres Dada avec la nouvelle emphase de l'installation qui a été développée plus tard à l'école de design Bauhaus par des artistes comme Paul Klee.


Son aventure parisienne


Après son mariage en 1951 avec la peintre et sculptrice suisse Eva Aeppli et son désir de poursuivre sa vie professionnelle, Tinguely s'installe à Paris. Avec sa première exposition personnelle, qui a lieu en 1954 à la Galerie Arnaux, il connaît un énorme succès. Il participe également à un certain nombre d'expositions centrées sur les ensembles d'avant-garde de cette époque. Sa première représentation a eu lieu avec International Happenings en 1951. Peu de temps après, il a commencé à exposer avec un groupe appelé ZERO qui a été créé en Allemagne par Otto Piene et a embrassé le principe esthétique du minimalisme. Les artistes de ZERO cherchaient un cadre pour leur travail basé sur la culture contemporaine afin de s'éloigner des tragédies de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, un groupe appelé Nouveaux Réalisme, fondé par Pierre Restany et Yves Klein, inclut des œuvres d'autres artistes contemporains tels que Christo, Raymond Haines, Martial Raysse et Niki de Saint Phalle, et Tinguely participe également à leurs expositions.

 


Vers l’art de la performance


L'œuvre de Tinguely a fini par évoluer vers une sorte d'art de la performance lorsqu'il a inclus des composants qui fonctionnent et se détruisent eux-mêmes. Une machine qui génère des peintures abstraites en grande quantité fait ses débuts à la Biennale de Paris de 1959, ce qui en est une illustration. Ces dispositifs étaient qualifiés de "métamatiques" en raison de leur nature autonome. Le conflit entre la créativité et l'expression humaine qui existe dans la société industrialisée était le but de Tinguely. Ces pièces sont considérées comme satiriques par les critiques et les expressionnistes abstraits contemporains.


Tinguely a commencé à incorporer la notion de risque élevé et d'imprévisibilité dans ses œuvres en raison de sa passion pour la course automobile. La manifestation la plus connue de cette passion est Homage to New York, dont la première mondiale a lieu le 18 mars 1960 au Museum of Modern Art. Elle a ouvert la voie à des œuvres autodestructrices ultérieures comme La Vittoria et Study for an End of the World (1962). (1970). Ces sculptures avaient un sens de la comédie et du sarcasme, tout en étant composées de ce qui semblait être des pièces trouvées sans lien entre elles, de mécanismes étrangement disposés et d'effets sonores cacophoniques. Chaque sculpture était considérée par l'artiste comme un être vivant, respirant, capable de parler et de se déplacer par lui-même. Tout en masquant ses commentaires sombres sur la production de masse et l'industrialisation croissante de la société par un humour franc et des aspects amusants, Tinguely se réjouissait de savoir que les spectateurs pouvaient trouver du plaisir dans son œuvre.


Conformément à ses facéties et à son attitude rebelle, Tinguely rejoint le Kuttlebutzer, un groupe d'artistes qui sert de comité artistique officieux pour le plus grand carnaval annuel "Fasnacht" de Bâle, en Suisse. Ce groupe d'artistes contestataires a pris l'initiative de définir la direction artistique des festivités. Après avoir commencé en 1974, Tinguely y a participé pendant environ 20 ans.


Ses œuvres reflètent l'humour et le charme de son comportement, ce qui lui permet de nouer des liens significatifs avec des fonctionnaires et des personnalités mondaines, ce qui se traduit par des commandes substantielles et des possibilités de mécénat.


Son association avec la famille Bechtler, une famille suisse prospère dont la vaste collection d'art est exposée au Bechtler Museum of Modern Art à Charlotte, en Caroline du Nord, en est une illustration durable. Nombre des objets découverts, comme une paire de bois de cerf, qui ont fini par se retrouver dans ses œuvres, ont été repérés pour la première fois dans la maison des Bechtler.


Tinguely et Niki de Saint Phalle se sont d'abord liés par leurs communautés créatives communes. À l'époque, ils étaient tous deux mariés à des conjoints différents. Malgré un écart générationnel important et des origines socio-économiques différentes - elle était issue d'une famille aristocratique française, alors que lui l'était - leur connexion s'est progressivement approfondie et a abouti au mariage. Ils avaient chacun un fort sentiment d'individualisme, comme d'autres couples d'artistes de l'époque, et ce sentiment d'individualité transparaissait lorsqu'ils travaillaient ensemble. Contrairement à la majorité des couples d'artistes de l'époque, tels que Diego Rivera et Frida Kahlo, Christo et Jean-Claude, et Jackson Pollock et Lee Krasner, ce partenariat était dominé par les hommes. Les "Bonnie and Clyde" de l'art moderne, on les appelle ainsi.

Au cours de leurs décennies de collaboration, de nombreuses œuvres communes ont été inspirées par la base de leur partenariat, qui reposait sur leur amour mutuel pour la création artistique. L'une des premières œuvres communes importantes a été exposée au Moderna Museet. Elle représentait une grande figure féminine en position allongée, les jambes écartées pour permettre l'accès aux spectateurs. Cette pièce est l'une des nombreuses sculptures "Nanas" de Saint Phalle. La "machine à orgasme" de Tinguely, une sculpture cinétique qu'il a créée, était logée à l'intérieur de la figure. Le duo a travaillé ensemble sur de nombreuses autres pièces sculpturales de grande envergure, dont Le Paradis Fantastique à Stockholm et la Fontaine Stravinsky à Paris. Les deux artistes se sont mutuellement assistés pour la création et l'installation de leurs œuvres individuelles lorsqu'ils ne travaillaient pas ensemble.


Le crépuscule de sa vie


Dans les années 1970, l’artiste sculpteur retourne seul en Suisse, tandis que Saint Phalle reste en France. Lorsqu'ils travaillent sur un projet commun, ils se rencontrent à son domicile en France. Pendant cette période et jusqu'à sa mort en 1991, il continue à créer des œuvres autodestructrices ainsi que d'importants projets publics. En 1970, Tinguely construit un phallus massif qu'il fait exploser devant la cathédrale de Milan. Un certain nombre de collaborations avec Saint Phalle et d'autres personnes sont incluses dans ces dernières œuvres. Il n'est pas surprenant que sa femme ait continué à le soutenir après sa mort, comme ils l'avaient fait durant leur carrière. Le Cyclope, un vaste travail de collaboration qui a duré 25 ans, a été supervisé par Niki de Saint Phalle, qui a également fait don de plusieurs de ses pièces à d'importants collectionneurs et institutions, perpétuant ainsi l'héritage de l'un des artistes sculpteurs les plus novateurs du mouvement artistique moderne.