Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Gormley

 

S’il a d’abord commencé par réaliser le moulage sur le corps de ses amis, Gormley a très vite utilisé son propre corps pour engager le spectateur dans une contemplation du corps ainsi que des espaces qu’il occupe. Ce sont surtout ses voyages en Inde qui vont inspirer sa préoccupation pour l’espace subjectif du corps humain qu’il va alors matérialiser dans son œuvre. Explorons ensemble le travail de ce sculpteur qui a utilisé le corps humain comme sujet, outil et matériau.

 

L’Inde : un voyage inspirant pour l’artiste sculpteur

 

Né en 1950 à Londres, Antony Gormley a d’abord étudié l’archéologie, d’anthropologie et d’histoire de l’art au sein du Trinity College de Cambridge de 1968 à 1971. Après un voyage de trois ans en Inde, cet artiste sculpteur revient à Londres afin d’étudier à la Central School of Art, au Goldsmiths College et à la Slade School of Art. Gormley termine ses études de troisième cycle durant les années 70.


La série de sculpturesSleeping Place” que Gormley a réalisée durant les années 70 constituent les premières œuvres de ce sculpteur. Même si ces sculptures n’existent plus, nous avons suffisamment de photographies pour décrire leur procédé de fabrication. L’artiste sculpteur utilisait des draps imbibés de plâtres qu’il enveloppait sur le corps de ses amis à terre. Une fois les draps moulés retirés, ils les présentaient comme des sculptures autonomes. Évoquant une forme humaine en position fœtale, ces feuilles plâtrées faisant référence à ses voyages en Inde lorsqu’il a observé les gens dans les rues enveloppés dans des draps. Sur son site web, le sculpteur explique avoir été fasciné par “l'espace minimum nécessaire à une personne pour s'abriter”.

 

La Symbolique dans le travail de Gormley

 

Gormley a commencé à utiliser son propre corps dans son œuvre durant les années 80. Il réalisait des sculptures en plâtre enrobées d’une enveloppe de plomb ou des sculptures en pain. Sa sculpture Bed, réalisée entre 1980 et 1981 est constituée de piles de pain séchées que le sculpteur a trempé dans de la paraffine afin d’empêcher que la matière ne pourrisse. Le pain dans l'œuvre de Gormley est une métaphore du progrès de la vie et de la consommation qui symbolise les différentes étapes de la vie : de la naissance à la mort. La sculpture Untitled (for Francis) qu’il a achevée en 1984 est une œuvre grandeur nature où le personnage, enveloppé de plomb, est debout avec les bras grands ouverts et le regard légèrement levé vers le ciel. Cette sculpture rappelle le tableau de Giovanni Bellini, Saint-François en extase. Les perforations de la surface du plomb de l'œuvre de l’artiste sculpteur suggèrent l’image du saint en proie aux stigmates.

 

Les œuvres connues et les récompenses du sculpteur

 

En 1994, Gormley gagne le Turner Prize pour sa série de sculptures “Field”. Pour réaliser ces dizaines de milliers de figures pas plus grandes qu’une main, l’artiste sculpteur a donné des instructions à une communauté locale. Il a collaboré avec une famille de briquetiers de San Matias, au Mexique pour fabriquer 35 000 figures.


Critical Mass est une œuvre séminale que Gormley a réalisée en 1995. Constituée de 60 sculptures en fonte grandeur nature, l’artiste sculpteur explore 12 postures corporelles allant du contemplatif au suppliant afin d’apporter “la preuve médico-légale d'un moment vécu dans le temps”. À l’origine, Critical Mass devait être destinée à une ancienne station de tramway à Vienne, mais elle a été exposée dans différents endroits comme le toit du pavillon De La Warr en Angleterre. En 2015, Critical Mass a été exposé au Forte di Belvedere à Florence en Italie lors de l’exposition personnelle de l’artiste sculpteur intitulé “Human". Pour Gormley, les différentes sculptures de son œuvre Critical Mass répondent à la surpopulation ainsi qu’aux horreurs du passé.


En 1997, le sculpteur a réalisé Another Place, une centaine de sculptures en fonte grandeur nature tournées vers l’horizon, qu’il a installé sur la plage de Crosby en 2005.
L’une des sculptures les plus connues de cet artiste sculpteur est L’Ange du Nord (Angel of the North) que Gormley a réalisé en 1998. Cette sculpture en acier de 20 mètres de haut a été conçue en guise de mémorial aux mineurs de charbon du XIXe et XXe siècle. La sculpture, qui surplombe une colline à Gateshead, dispose d’une paire d’ailes en guise de bras. Un an plus tard, le sculpteur réalise “Quantom Cloud”, une sculpture de 30 mètres de haut située à côté de l’O2 à Londres. Cette œuvre est, à ce jour, la structure la plus imposante réalisée par le sculpteur.

À l’occasion de la Biennale de Sydney de 2006, le sculpteur a fait fabriquer 180 mille petites figurines d’argile par 350 villageois chinois en l’espace de 5 jours. La fabrication de ses sculptures a nécessité 100 tonnes d’argile rouge.
Un an plus tard, le sculpteur lance Event Horizon, un projet d’art public consistant à installer des sculptures grandeur nature qui regardent vers l’espace. Initialement présenté à Londres, ce projet a fait le tour du globe :

  • New York en 2010 ;
  • São Paulo en 2012 ;
  • Hong Kong en 2015.

Le sculpteur a réalisé de nombreuses expositions collectives telles que la Documenta 8 de Kassel ou encore la Biennale de Venise. Gormley a reçu de nombreux titres au cours de sa carrière. En 1999, il a obtenu le South Bank Prize for Visual Art. Huit ans après, le sculpteur a reçu le Bernhard Heiliger Award for Sculpture en 2007 ainsi que l’Obayashi Prize en 2012 et le Praemium Imperiale en 2013. Gormley a été nommé Officier de l’Empire Britannique en 1997. Depuis 2003, le sculpteur est membre de la Royal Academic. Le sculpteur est également membre honoraire du Royal Institute of British Architects et docteur honoraire de l’Université de Cambridge.