Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Vandervell

C'est dans les rues de la capitale anglaise, Londres, que l'artiste photographe Rupert Vandervell est né et a grandi. La photographie est en grande partie le reflet de ce qu'il est et a toujours été. Dès son plus jeune âge, il a été pris d'une passion pour les objets qui avaient des lignes droites, des motifs symétriques et des images d'apparence mathématique. C'est ainsi qu'il a su allier son amour pour les formes géométriques et sa passion pour la photographie dans le but de donner un résultat digne des plus grands artistes contemporains.

 
Pour ses photographies, il se concentre sur les variations de lumière et d'ombre autour de l'objet de la photographie et non sur le sujet photographié directement. Ses recherches portent sur la relation avec le monde extérieur et les différentes interactions des humains avec leur environnement.

 
L'homme pris dans son environnement

 
Rupert Vandervell est un photographe basé à Londres qui présente une méthode brillante pour capturer la ville ; son travail met en évidence le lien particulier entre l'architecture et la lumière. Vandervell présente une collection d'images qui se concentrent davantage sur l'humain en mouvement dans l'environnement que sur le cadre dans lequel les photographies sont prises. Ces images, qui ont été prises dans le contexte dynamique de la métropole contemporaine, soulignent l'existence de la vie ainsi que les qualités esthétiques distinctives de la forme humaine.

L'artiste photographe basé a voulu transmettre un sentiment d'isolement et, tout en maintenant une distance avec le sujet, il a souhaité empiéter quelque peu sur cette solitude. Des moments comme ceux-là sont de plus en plus difficiles à imaginer dans notre société encombrée. Par ses œuvres, il est facile de comprendre qu'on peut être dans un environnement peuplé mais, tout de même se sentir esseulé.

 
Les influences de l'artiste photographe Vandervell


Les images de cette collection ont été inspirées par diverses sources. Le photographe britannique a été fortement influencé par les œuvres d'Edward Hopper, de Mario Sironi et de Giorgio de Chirico. Leur utilisation de la forme, de la couleur et de la lumière est séduisante.


L'artiste a également été fasciné par les photographies de Gregory Crewdson. Le fort sentiment de tristesse et de solitude dans ses figures, qui résume toute une vie en un seul instant n'a jamais cessé de fasciner Vandervell.

 


La secret de ses œuvres dans la technologie et la production de ses appareils photo


L'artiste photographe joue avec l'exposition pour ses scènes. Il finit par trouver une stratégie qui fonctionne et l'utilise pour le reste de son travail. Selon le scénario, il exposait souvent pour les hautes lumières avant d'ajuster la profondeur des ombres. Cela était plus difficile la nuit, car il devait parfois travailler avec une source de lumière très faible. Dans ces cas-là, il utilisait un ISO élevé pour atteindre la vitesse d'obturation nécessaire pour figer un sujet en mouvement. En raison du bruit qui était inévitablement créé, certaines séquences ont dû être coupées car elles étaient trop granuleuses.


Ces images ont nécessité une petite correction du contraste et un recadrage sporadique au cours du processus de post-production. Le nombre d'ajustements qu'il pouvait apporter à une image dans Photoshop était limité. En général, il est acceptable de supposer qu'il a la capacité de capturer avec précision la scène dans l'appareil photo s'il trouve les bonnes conditions sur place. Dès le début, l'artiste photographe savait qu'il voulait un appareil photo portable et discret avant même de commencer à photographier ses nouveaux projets.

 Avec l'Olympus OM-D E-M5 et son objectif pancake de 20 mm, il a découvert l'appareil photo idéal. La tâche aurait été beaucoup plus difficile s'il avait dû transporter un grand reflex. L'Olympus est beau et rapide. Il a toujours pensé qu'il était approprié pour ce type de travail.

Rupert Vandervell a un travail dont les thèmes sont récurrents. Il est attiré par les décors désolés ou minimalistes lorsqu'il photographie des paysages, et il aime vraiment photographier en plein hiver lorsque la géométrie inhérente des arbres est exposée. Il est également attiré par les formes géométriques. Son objectif est d'insuffler un peu de sa personnalité dans tout ce qu'il fait, et il espère que des aspects de ce projet trouveront leur chemin dans son travail futur.

 


La capture des rues de Londres avec patience et précision

 


La photographie de Vandervell produit un résultat patient. L’architecture et la lumière doivent être présentes, même pendant les plus brèves minutes, car elles attendent prudemment la combinaison idéale. Il capture des images urbaines aussi singulières que le flux de lumière lui-même, en accordant une attention particulière à la perfection géométrique et aux lignes nettes grâce à son utilisation distinctive de la photographie en noir et blanc.


Sa planification minutieuse et son sens aigu de l'éclairage produisent un point de vue unique sur l'architecture de la ville et sa présence intimidante, dont l'ampleur dépasse parfois le seul être humain dans le cadre. Les photographies de Vandervell mettent souvent en scène l'architecture, bien qu'il s'intéresse moins à la capture de structures spécifiques qu'au cadre qu'elles offrent. Il ne voit pas toujours la beauté dans le sujet lui-même, mais dans l'espace qui l'entoure. Les images de Vandervell sont une collection de paysages en constante évolution, tout comme la ville elle-même. En utilisant les effets de la réflexion de la lumière sur une grande quantité d'acier et de verre, Vandervell dépeint un monde riche et dramatique qui change constamment.


Malgré le fait que Londres compte plus de 9 millions d'habitants, Vandervell trouve habilement des personnes solitaires dans un isolement fugace, dans un moment de sérénité ou au milieu d'un transit précipité. Ses images montrent comment la présence imposante de l'environnement bâti déplace constamment la présence humaine au sein d'une métropole. Seul Vandervell, qui avait soigneusement attendu la fusion idéale entre la lumière, l'architecture et la présence, est réellement immobile pendant ces secondes fugaces.