Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
La civilisation Inca rayonne encore
la-civilisation-inca-rayonne-encore - ARTACTIF
Juin 2022 | Temps de lecture : 17 min | 0 commentaire(s)

A propos de l’exposition « Machu Picchu et les trésors du Pérou » visible jusqu’au 4 septembre à la Cité de l’achitecture & du patrimoine, Palais de Chaillot à Paris.

Dans cette exposition, les œuvres d’art sont des poteries anthropomorphes, des parures d’or ou des masques de pierre… Fascinantes, elles racontent l’apogée d’une incroyable civilisation inca, et l’histoire d’un sanctuaire juché à plus de 2 400 m, construit aux alentours de 1450 au Pérou, resté caché au monde pendant cinq cents ans…

En expédition archéologique sur le versant oriental de la cordillère des Andes, c’est en effet Hiram Bingham, professeur d’histoire à l’université de Yale, marié à une héritière du joaillier Tiffany, qui a (re)découvert en 1911 ce trésor tapi dans la végétation. Soudain, le Machu Picchu entrait dans la lumière. « Les surprises se sont succédé jusqu’à ce que je réalise que j’étais au cœur des ruines les plus merveilleuses jamais trouvées au Pérou », écrit l’Américain dans un reportage de 150 pages paru en 1913 dans le National Geographic. Depuis, le Machu Picchu alimente tous les rêves. Inscrit depuis 1983 au patrimoine mondial de l’Unesco, qui veille désormais à sa préservation, ce site inestimable ne peut être visité « que » par 675 personnes par jour. Comme l’écrit donc Malika Bauwens dans Beaux Arts Magazine, « c’est dire si l’exposition de la Cité de l’architecture & du patrimoine vaut le détour… »

Pas moins de 192 objets funéraires issus de tombes royales sont arrivés du Pérou, dont certains qui n’en étaient encore jamais sortis. Ainsi les trésors de la mystérieuse cité andine s’exposent-ils à Paris, aux côtés de pièces issues de civilisations ayant précédé ou côtoyé les Incas. Spectaculaires et uniques au monde, ces parures d’or et d’argent en forme de passeports pour le monde des ancêtres, avec lesquelles étaient enterrés les dirigeants politico-religieux, témoignent de la considération qui leur était témoignée en tant que descendants des dieux sur terre. Dans la cosmogonie andine, des créatures mythologiques relient le monde des dieux avec celui des vivants et celui des morts, d’où la représentation de créatures mythologiques fantastiques, que ce soit sous forme de sculptures, de gravures et autres objets d’art décoratif. Il faut voir aussi ces ornements d’oreilles avec mosaïque de l’oiseau-guerrier, ayant sans doute appartenu à un chef guerrier mohica, pour mesurer le niveau d’excellence des artistes de cette civilisation inca. Qui n’a pas surgi des entrailles de la terre du jour au lendemain !

Fruit de trois millénaires de petites sociétés agricoles se succédant ou coexistant depuis la Cordillère des Andes jusqu’au littoral de la côte Pacifique, elle voit passer notamment les cultures Chavin, Nazca, le puissant Etat Mochica et ses artistes aux mains d’or dont le talent sera poursuivi par la culture Lambayeque, aussi appelée Sican. Les Chimus rayonnant jusqu’à l’Equateur feront concurrence à l’empire Inca qui émerge vers 1200 après J.-C. et s’étendra de la Colombie à l’Argentine en moins d’un siècle. Resté protégé des conquistadors espagnols par son environnement naturel, le Machu Picchu en symbolise l’âge d’or.

Ce site de 10 ha a été bâti vers 1450 à l’apogée de l’empire inca, sous le règne de Pachacutec, alias Fils du Soleil. Son aménagement à flanc de montagne facilitait le drainage des eaux, et par la même occasion la culture des pommes de terre et du maïs en terrasses, et on peut imaginer le confort de la résidence royale avec ses bains, ses fontaines alimentées par des sources naturelles, son jardin et ses espaces de culte… Les tonnes de blocs de pierre assemblés sans mortier qui constituent les quelque 200 habitations, temples, palais et observatoires astronomiques du Machu Picchu attestent d’un savoir-faire architectural qui n’en finit pas d’intriguer les historiens. Comment cette prouesse a-t-elle été possible ? Et pourquoi la cité où ont vécu jusqu’à 750 personnes a-t-elle été abandonnée vers 1570 après plus de quatre-vingts ans de prospérité ? C’est peut-être parce que le Machu Picchu ne livre pas tous ses secrets qu’il reste mythique.

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art