Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Le pinceau de Louise Sartor pour Roland-Garros 2022
le-pinceau-de-louise-sartor-pour-roland-garros-2022 - ARTACTIF
Avril 2022 | Temps de lecture : 9 min | 0 commentaire(s)

A propos de l’actualité multiple de Louise Sartor qui vient d’exposer à la galerie Crèvecoeur à Paris.

Elle signe cette année l’affiche de Roland-Garros qui aura lieu du 16 mai au 5 juin. En choisissant d’y mettre en valeur les ramasseurs de balles. Voilà de quoi braquer quelques projecteurs sur Louise Sartor, cette peintre née à Paris en 1988 et vivant en Corrèze, où elle s’est installée avec son compagnon, l’artiste Matthieu Palud, dans le village de Treignac. Non, la peinture n’est pas morte. De sa touche désuète, Louise Sartor exalte à merveille la désuétude d’un monde bien ancré dans la réalité. Toutes ces choses qui sont peu à peu sortis des radars du monde de l’art. Les vues étroites de sa fenêtre ou les genêts en pots, les animaux qui broutent, les fleurs qui fanent dans un vase, les paysages ou les plaquettes de médicaments… tout semble ici indifférent au temps qui passe. Et Judicaël Lavrador de s’interroger dans Beaux-Arts Magazine : cette artiste de la néoruralité incarnerait-elle l’art contemporain aux champs ? Même ses modèles à l’anonymat soigneusement préservé semblent désoeuvrés, et on hésite à leur vue entre une étrange sensation de calme ou une inquiétude diffuse, un peu comme dans un film de Chabrol ou un livre de Simenon. Que se cache-t-il derrière ce pinceau précis ? Se cache-t-il d’ailleurs quelque chose ? Petits formats, cartons d’emballage, lambeaux de papier… Louise Sartor affectionne pour ses tableaux le support pauvre, peut-être en souvenir de ses mercredis après-midi de jeunesse qu’elle occupait à dessiner inlassablement, bien avant sa formation classique aux Beaux-arts de Paris, son séjour à Berlin ou à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs dont elle est sortie diplômée en 2012. Son univers lui a ouvert les portes de la Villa Médicis, et elle expose avec le même enthousiasme dans le centre d’art associatif de son village que dans une galerie parisienne ou new-yorkaise !

 Une correspondance inédite avec son père, l’écrivain Claude Eveno, vient d’être publiée aux éditions Sens & Tonka, autour des paysages de Treignac.

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art