Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Alix Marie sans papier photo
alix-marie-sans-papier-photo - ARTACTIF
Janvier 2022 | Temps de lecture : 13 min | 0 commentaire(s)

À propos de l'exposition " Sucer la nuit " au salon Approche
du 12 au 14 Novembre


Soyons clairs : ce ne sera jamais pour la qualité ni la hauteur de ses idées morales qu'une ou un artiste fera ici l'objet d'un article chantant les louanges de son exemplarité civique. Aller à l'essentiel de l'actualité de l'art en mouvement impose heureusement de distinguer en toute priorité les créateurs de formes nouvelles car eux seuls constituent pour nous tous des sources d'inspiration. Le reste ne relève pas de la critique artistique.

Nous ne suivrons donc pas Étienne Hatt qui nous décode dans Art Press les œuvres toujours surprenantes et volontiers provocatrices de la photographe de Bobigny sous l'angle de leurs messages sociaux dans une énième interrogation sur le genre, le sexe, ses outrances, sa crudité, son commerce, etc. Ne faisons pas comme si nous vivions dans un monde sans Serrano.

La démarche d'Alix Marie produit des œuvres suffisamment marquantes dans leur forme pour que l'on sente toute la perte qu'il y aurait à les percevoir comme de simples véhicules d'idéologie aussi noble soit la cause qui cherche à réduire ainsi l'art au servage. Comme un vulgaire outil, un ustensile, un média. Ce serait faire insulte à une créativité en l'occurence remarquable.

Alex Marie Les Gaetiantes 2016

Dès sa série de Gaetiantes de 2016, Marie fait mieux que de dénoncer la pornographie. Elle imprime 10 images nettement plus qu'érotiques sur des carrés de soie qu'elle suspend sans les tendre ce qui interdit au regard de les découvrir en entier. Il est évident que les grandes maisons de couture réputées pour leur excellence chic dans cet exercice ne la suivront jamais dans la commercialisation en version haut de gamme de ce genre de motifs ! Mais l'essentiel n'est pas là. L'originalité photographique de ces images accrochées qu'il faut toucher pour les voir dans leur intégralité apporte, en elle-même, une bouffée de fraîcheur qui crée l'évènement.

C'est un vrai acte artistique que de donner à examiner ainsi sans vraiment le montrer un objet que tout spectateur possède pourtant déjà : un corps. Étrange teasing. Et c'est un autre geste artistique fort que l'artiste suggère à son public d'exécuter lui-même en le confrontant à un support photographique mou choisi précisément pour son inadaptation. Toucher pour voir, c'est devenir complice. Navré pour ceux qui préfèrent rester juges.

Ce dévoiement du textile va jusqu'à y tailler des rideaux imprimés de parties de corps gigantesques. Avec Maman, on, se trouve ainsi entouré en demi-cercle par la poitrine et le ventre concaves d'une géante qui nous ramène dans la matrice originelle dont nos vies sans cesse nous éloignent. L'homme blanc, le mâle, le « méchant », n'est évidemment pas épargné. Ses biceps et torses d'Héraclès en photos détourées tournent en suintant sur des broches géantes ! Singulière mise en relief en 2D. Mais que ces messieurs n'en fassent pas tout un plat.

Et tant mieux si l'art d'Alix Marie est militant. Car Alix Marie est une vraie artiste. Tout thème même cher voire vénéré reste pour elle, sur un autre plan, un prétexte à créer ce « Nouveau » avec majuscule cher à Baudelaire. Pour le reste, le poète aux textes si finement ciselés est très clair : « Enfer ou ciel qu'importe ».

 

Légendes des illustrations :

- Alix Marie - Héraclès  - 2018
- Alix Marie Les Gaetiantes - 2016

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art