Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Henriksen TROY
Paris / France
Henriksen TROY

A priori vous connaissez plus ou moins Troy : le voici (en cinq W) par Eric Landau - Galerie WWhere fromNew Bedford (Massachusetts), la ville de "Moby Dick", le 30 septembre 1962. Ses parents, grands-parents et arrière-grands-parents sont des pêcheurs. D'origine norvégienne. A 15 ans, il est viré de l'école et devient pêcheur. Pour 10 ans.Troy peint depuis toujours. Même pêcheur : entre une aventure de pêche en Alaska et une autre en Atlantique, il peint. Il se passionne pour la musique (surtout les percussions), fait du cinéma et écrit des livrets de poésie.Wisit at DoubleyouUn jour de 1999, il débarque à Paris. Et à W. De son jean, couvert de taches de toutes les couleurs, Troy sort quelques photos de ces toiles, restées aux USA : les oeuvres sont photographiées devant la maison familiale, qui est à peu près la seule chose visible sur les photos. Il me dit qu'il reviendra bientôt.Près d'un an passe et Troy revient avec des toiles. Immédiatement, je vais découvrir son atelier : trois tableaux sont cloués au mur, d'autres toiles sont roulées par terre, je regarde tout, le charme, la magie, opèrent, une toile retient particulièrement mon attention : "Women on a mule at sunset". Intimidé par cette toile, je repars, avec deux autres peintures qui me plaisent aussi beaucoup, mais sans "elle", à Montmartre. De retour à la galerie, je la regrette déjà. Deux heures plus tard, je vois Troy débarquer, je ne sais comment, avec " Women on a mule at sunset "."Women on a mule at sunset" fera, à peine trois mois plus tard, le carton de notre première exposition à Paris et à New York.What about the salesTrois jours passent et la première pièce est vendue. Puis, le lendemain, la suivante. Puis, le lendemain, la suivantes. En quelques semaines, au gré des habitués qui se parlent et des passants qui passent, Troy devient un véritable phénomène à la galerie. Depuis dix-huit mois, le phénomène s'est installé... Et la peinture de Troy ne fait que s'intensifier en force et en qualité. Il travaille dix heures par jour, dans l'atelier de W, tout proche de la galerie.Who buysOn ne parle quasiment jamais d'argent lorsque l'on fait le portrait d'un peintre, je pense que c'est dommage : Troy vend, il arrive à vivre de sa peinture, et il en est fier.Ses acheteurs sont jeunes ou moins jeunes ; femmes et hommes ; achètent seuls, en couple, en famille ; sont collectionneurs ou non ; certains ont des moyens, d'autres achètent pour la première fois un tableau au comptant ou payé à tempérament. Il est assez rare de voir un public aussi large et hétéroclite se passionner pour le même artiste.Et il est important à mon sens de parler des acheteurs, car les oeuvres leur sont destinées : même si elles sont rarement réalisées directement pour eux, elles leurs appartiennent déjà alors qu'elles n'existent pas encore. Il n'y a pas vraiment de hasard, il y a comme une coïncidence entre une oeuvre et celui qui la fait sienne.Troy a accepté d'emblée de proposer à 4.500F. ses premières toiles de 1x1m. Pour rendre ses peintures accessibles à tous, le plus longtemps possible. Il peint aujourd'hui des diptyques de 2,60x1,95m et d'autres grands formats. Sa première exposition à New York a été un succès, sa première exposition à Paris (au coeur du village des Abbesses) aussi (six des toiles exposées étaient vendues avant le soir du vernissage), la seconde a été un phénomène de rue, et les premiers jours de la galerie W à Bruxelles sont prometteurs.Le marchand de couleurs "Adam" l'a repéré : il le fournit en matériel et en pigments, assure ses livraisons de toiles et de châssis, perpétuant ainsi la tradition d'aide et de parrainage de la célèbre maison.Et Alain Caradeuc, le directeur de Hugues Chevalier a eu un véritable coup de coeur.What about his look ?Il est petit, et pourtant il a l'air très grand, il porte des lunettes et un sérieux accent anglais quand il s'essaye à parler français, il ressemble un peu à James Dean. Il arbore des taches de peintures sur ses fringues, et il a un sens inné pour le contact et l'amitié, qu'il cultive avec bonheur à l'international.

L'artiste n'a pas d'évènements prévus pour l'instant.
L'artiste n'a pas encore renseigné son parcours.

Le travail artistique de Henriksen TROY

Œuvres nouvellement ajoutées

Principale