Biographie de l'Artiste


David OPPENHEIM artiste peintre atypique et anarchique, né dans le sud de la France le 27 Novembre 1937. Doté d’une personnalité très affirmée, Oppenheim passera sa vie à rechercher l’inspiration aux quatre coins du monde. Sa vie sera ponctuée de voyages, d’aventures et d’expériences qui feront évoluer sans cesse sa peinture. Ses trajectoires se dessineront au fil des rencontres.  
Nous sommes en 1959, et c’est le début de sa carrière artistique. Entre 1959 et 1960 il expose à la galerie Merenciano et à la galerie Nègre qui le soutiendront tout au long de son parcours en lui organisant plusieurs expositions. C’est en 1968 qu’il prend la route, chaque rencontre, chaque destination seront l’occasion de nouvelles expositions; d’abord à Mexico City à la galerie Peganin’s, puis à Londres et enfin en Allemagne à la galerie Kundst-Amendt. C’est à Aix La Chapelle qu’il fera connaissance d’un riche industriel qui, pris de passion pour sa peinture, lui installe un atelier somptueux dans son usine.
 Dés lors, les expositions se multiplient, en 1971 à la galerie Siebel et à la galerie Glaüb pour les plus importantes. En 1972, il fait une autre rencontre exceptionnelle à Florence, chez Franco Bettazzi lui-même, qui à son tour s’éprend du style Oppenheim: pendant 9 mois, il lui demande de peindre exclusivement pour lui.
En 1973 il retourne en France, une nouvelle exposition s’organise à la galerie Beauvois, à Paris.
 En 1974, en hommage à Léo Ferré, il compose 43 dessins pour la sortie du disque “Il n’y a plus rien”; tous ces dessins seront immédiatement achetés par un collectionneur Texan qui lui demande d’exécuter 10 lithographies. Elles feront partie d’un coffret intitulé “Obsession”.
En 1975, la rencontre avec Bob Dylan qui vient le trouver chez lui, en Haute Savoie òu il est installé à ce moment là. Dylan lui demande alors d’illustrer sa pochette de disque “Blood on the Tracks”, ils visitent ensemble la France entière.
 Entre 1976 et 1981, les expositions s’enchaînent entre autre en France et en Allemagne où il est particulièrement apprécié.
La période 1981-1985 donnera lieu à de nouvelles démarches; en effet, il réalise des fresques gigantesques et des murs peints sur la façade du théâtre Toursky à Marseille.
 D’autres travaux se succèderont dont le plafond du théâtre de Salon de Provence. Il crée à Paris une très grande fresque de 200m2.
En 1990 de retour dans la région Marseillaise, il fait la connaissance d’un très grand chirurgien très influent qui va lui offrir son carnet d’adresses, une grande amitié va les unir et c’est en Corse, chez ce dernier qu’il va peindre une partie de son œuvre.
 
En 1992 et 1993 d’autres expositions lui seront consacrées, notamment à Marseille à la galerie Sylvestre et en 1994 à la galerie Elysée-Matignon.
Après quelques années de remise en question, il se remarie et s’installe dans le sud de l’Espagne, où il recommence à peindre.