Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Jota CASTRO
Liege / Belgique
Jota CASTRO

PlasticienNé à Lima, au Pérou, Jota Castro a d?abord suivi une formation en Droit et en Sciences politiques avant de mener une carrière de diplomate pour les Nations Unies et l?Union Européenne. C?est à la fin des années 90 qu?il a renoncé à son métier et a commencé à développer son travail artistique. Il considère toutefois que son cursus scolaire n?est pas atypique mais constitue réellement sa « formation artistique ». Ces différentes activités professionnelles lui ont donné une connaissance profonde du monde politique et une habileté particulière à aborder les grands problèmes d?actualité. C?est ainsi que sa sculpture montrant G. Bush sortant d?un baril de pétrole a fait le tour du monde. Jota Castro opère en effet au c?ur des problématiques de société les plus actuelles, via des interventions protéiformes qui interrogent nos perceptions du monde et le système d?informations qui les façonne. L?information (au sens large) joue un rôle crucial dans son travail car sa distribution et son échange en sont le matériel de base : Il déclarait récemment: « Je veux, par mon travail, donner des informations précises, sur des sujets importants, au public. » C?est ainsi que, lors de la Biennale de Venise en 2003, il a présenté son Guide de survie du Manifestant, un journal contenant des informations permettant aux manifestants de connaître leurs droits. Lovehotel est une chambre, confortable et équipée, pour faire l?amour (plutôt qu?en parler ou en montrer des représentations). Extracomunitari, est une marque de T-Shirt commercialisée au Japon, dont le nom et le logo sont inspirés par les mouvements migratoires vers l?Europe. La vidéo Présidence italienne retranscrit, sous forme d?un opéra chanté, le dialogue à l?occasion duquel Silvio Berlusconi traita le parlementaire allemand Martin Schultz de « kapo », etc. Récemment, il a reçu le Grand Prix de la Biennale de Gwangju (Corée) pour son travail sur les mines antipersonnelles.Il y a dans le travail de Jota Castro la permanence d?un don, d?une générosité vers l?Autre, quel qu?il soit -on a tous besoin de recevoir, à un moment ou un autre- qui se concrétise sous la forme d?une diffusion d?informations. A l?esthétique relationnelle et à ses développements de relations interpersonnelles, Jota Castro a ajouté l?exigence d?un contenu. La conversation, la fête, l?échange, la dispute, etc. sont certes des moments en soi, avec leurs qualités d?autonomie propres, mais elles doivent permettre l?échange de savoirs, la diffusion des connaissances. Dans un monde que l?on dit « surmédiatisé » mais qui est davantage synonyme de « malmédiatisé », la possession d?informations et leur diffusion correcte sont des enjeux démocratiques fondamentaux. Loin des options manichéennes et frontales qui ont caractérisé la période moderne, aux antipodes du cynisme désabusé du postmodernisme (en atteste son néon « Tout n?a pas été dit, tout n?a pas été fait »), Jota Castro livre des informations précises sur des sujets d?actualités importants : la construction européenne, le conflit israélo-palestinien, les déboires juridiques de Silvio Berlusconi, etc. Il soumet véritablement à la question des problèmes immédiats, concrets et globaux à la fois. Sans trancher, ni chercher à plaire ou à convaincre, sans prosélytisme autre que celui de la nécessité de l?échange, il laisse à chacun la liberté d?interpréter ses propositions, comme on peut le faire de toute ?uvre. Par ses interventions, qui surmontent l?antagonisme entre le « pro » et le « contra », Jota Castro définit de nouvelles et nécessaires stratégies de résistance.

L'artiste n'a pas d'évènements prévus pour l'instant.
L'artiste n'a pas encore renseigné son parcours.

Le travail artistique de Jota CASTRO

Œuvres nouvellement ajoutées

Principale