Biographie de l'Artiste

Les Oeuvres de Sempéré respirent la sérénité d'un bon maître ayant su faire ses gammes et possédant à fond le solfège pictural.

Venu au monde en Algérie, son pinceau évoque souvent sans mièvrerie le paradis perdu avec ses palmiers, ses minarets, ses architectures mauresques, ses femmes voilées et la "violente douceur de son climat".

Mais le peintre allait se frotter à d'autres lumières, celles qui séduisirent les grands fondateurs de Barbizon (Théodore Rousseau, Millet, Corot...) Voici que ce Méditerranéen de souche s'immerge dans les splendeurs automnales de la forêt de Fontainebleau plantant son chevalet au bord du Loing. Comme si cet homme venu du sud et du chaud se reposait, au nord humide de la Loire, des excessives ardeurs Maghrébines.

La mer et ses humaines grandeurs l'attirent encore pourtant. Il part peindre la Bretagne, ses pêcheurs, ses maisons à toits noirs mais c'est, semble t-il, pour mieux en revenir à Mare Nostrum. Car, sur ce qui n'est pas encore le tard de sa vie, Sempéré ressent le besoin de jeter l'ancre dans le Var.

Et son pinceau aussitôt exulte s'enivrant de bleu. Il peint St Elme, Le Brusc, le Cap Sicier.

Mais cet artiste ne se laisse emprisonner par rien et il n'hésite pas à sortir de lui même pour représenter l'église de Bizerte dressant son très Européen Clocher dans un ciel tunisien paradoxalement travaillé comme celui d'Auvers-sur-Oise par un Van Gogh revenu aux mystères chrétiens.