Ana Paula PORTILLA

EnVie
Dès que l’on parle de corps, l'identité, la douleur, l'agression ou la jouissance sont évoquées. On s’efforce d’étouffer les signes de l’animalité, ils sont perçus comme insignifiants, ils gênent, ou sont sujets à la moquerie : les poils que l’on arrache ou que l’on rase, les odeurs camouflées, le sang caché dans nos veines et les sangs interdits.
J’essaie de récupérer le sens de l’espace pictural [...]

Lire la biographie

Oeuvres