Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Trash abstrait
trash-abstrait - ARTACTIF
Juillet 2021 | Temps de lecture : 8 min | 0 commentaire(s)

Sean Scully n’est pas quelqu’un de très sympathique. Mais qu’importe, c’est ce qu’il peint qui compte. On ne va pas le diaboliser comme Céline ou Polanski sous prétexte qu’il manque d’humilité à en friser l’indécence. En plus de compiler en un seul être humain tous les clichés de l’artiste inspiré qui peint son tableau d’un seul jet. Si c’est le critère artistique ultime, il n’est pas sûr alors que Kandinsky soit un artiste. CQFD ?

On a évidemment droit aussi tout au long de l’entrevue, à l’expression « druidique » d’un amour premier de la matière et une intellectualisation floue du pigment. Tout le bataclan usuel qui permet à des usurpateurs de vous dire, à vous béotien.ne, que si vous ne ressentez pas la vibration secrète des poils du pinceau, vous ne comprenez rien à l’art. Scully, lui, « n’analyse pas ». Il sent. Bon ?

Point d’orgue de ces confidences hermétiques d’initié : un scoop. Scully partage sa passion immodérée et quasi-mystique du jaune Van Gogh avec Anselm Kiefer himself !!! N’en jetez plus. Si on mêle en plus des grandes causes à l’affaire…Mais quand le monsieur va jusqu’à énoncer lui-même quel est d’après lui donc indiscutablement son talent distinctif en tant qu’artiste, on croit rêver.

Le talent unique de Scully ? Le sens des couleurs. Il le dit lui-même : il sait les « marier à l’infini ». Et Rothko ? Matisse ? Delaunay ? Pour prendre les premiers noms venant à l’esprit dans la rubrique Couleurs = Tableau. Mais Scully ne doit pas faire plus grand cas non plus de Mondrian ou Vasarelly. Ses harmonies fonctionnent, ses masses vibrent. Mais sans plus. Et pourtant, il y a un vrai truc dans ses toiles. Scully veille à leur laisser toujours un « fini assez rugueux, presque brut ». Sans le théoriser.

L’art de Sean Scully réside en fait très précisément dans la rencontre entre une peinture abstraite convenue et ce rendu trash inattendu. Maîtrisé, cette énergie sauvage se fond dans cette géométrie de couleurs comme des cercles entrant de force dans des carrés. Unique. Mais ne le lui dites pas.

 

Photo : Sean Scully :  Landline Crimson - 2020

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art