Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Vittore Carpaccio : Attention peinture fraîche !
vittore-carpaccio-attention-peinture-fraiche - ARTACTIF
Juin 2021 | Temps de lecture : 9 min | 0 commentaire(s)

L’image apparaît dans ART Press de ce mois, parmi les illustrations d’un article consacré à Krzysztof Pomian, rencontré entre deux tomes de son ouvrage-fleuve Musée, une histoire mondiale. Elle n’est pas bien grande cette vignette, mais on ne voit qu’elle. Étrange. Ce tableau discret et pourtant accrocheur s’appelle La vision de Saint Augustin. Il est signé Vittore Carpaccio. Voici d’où semble venir sa singularité.

Nous sortons à peine du Moyen-Âge, mais la Renaissance s’amorce par une révolution de l’art pictural qui intègre soudain la perspective dans ses toiles. Des toiles que les peintres de cette aube peuvent de surcroît recouvrir à présent de nouvelles peintures à l’huile dédiées. L’envie vient vite d’essayer toutes les teintes de cette nouvelle palette. Il va y avoir du champ et de la couleur. Attention peinture fraîche !

La vision de saint Augustin fait siennes cette nouveauté technologique et cette innovation technique. Le tableau de Carpaccio donne le sentiment d’avoir été peint en plein état de grâce, comme porté par la douce fierté sereine de créer un art nouveau. Nouveau ? Pour un tel sujet ? L’état de grâce est pertinent et respectueux.  Mais est-il décent que la jubilation même contenue et sublimée se perçoive in fine dans l’œuvre ? Un art sacré pris comme champ d’expression pouvait alors être jugé borderline du sacrilège.

Mais en même temps, le pinceau expérimente, cherche, crée. Et ça se voit. Tout d’abord à cette composition osée dont le sujet principal et relégué sur la droite pour être fondu au décor. Le tout au profit d’un second plan mis en vedette pour mieux donner à voir sans doute, les merveilles de la perspective. Et ce petit chien sur la gauche, égal en importance à son maître, devant le bric-à-brac sage entourant la statue du Christ centrale mais lointaine, que fait-il dans cette toile ? N’a-t-il pas un côté cartoon, le toutou ? On dirait bien que si. Il est touchant et mimi comme une peluche de Pixar. En 1502 !

Et c’est cela finalement qui nous touche, nous les spectateurs de Carpaccio du 21ème siècle. L’actualité invraisemblable de son traité pictural. On dirait que le peintre, tout à sa joie d’innover, ne s’est pas arrêté à amorcer la Renaissance. On jurerait presque qu’il a inventé l’art moderne.

Photo : Vittore Carpaccio  - La vision de saint Augustin - 1502-1507

RXM

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art