Retour
 

Sphères : de l'infiniment grand à l'infiniment petit

par Adrienne JALBERT


Ses sculptures monumentales émaillent villes et jardins. Leur cosmogonie arachnéenne a inspiré Adrienne Jalbert sa première collection de bijoux : des sphères en fil d'argent et de bronze doré à l'or dix-huit carats enserrent des cristaux ou d'anciens fragments de verre de Murano, où dansent l'ombre et la lumière...

SILVANA AURA BLUE LIGHT ASTRA NORA

"En peignant et sculptant l'univers, je le rencontre.. En passant du grand au très petit, je crée un univers délicat et fin de bijoux. Les formes sphériques dans mes bijoux, deviennent la quintessence de la sensualité. Avec les métaux précieux, j'enlace les cristaux de caresses féminines pour sculpter chaque pièce unique."

Adrienne Jalbert finds inspiration in nature and the cosmos. Of her monumental works, paintings and sculptures for companies and public places, she says, "In painting and sculpting the Univers, I enter it. Passing from large to very small, I create a world, fine and delicate, of jewelry. Herein, my spherical forms are the quintessence of sensual. Enlacing cristals with the caress of precious metals, I sculpt each piece unique."


DU FIL À RETORDRE

Artiste franco-américaine établie à Paris, Adrienne Jalbert, sculpteur, peintre, photographe... crée notamment des sculptures sphères à partir de grillage et de fils de métal très divers en particulier à usage industriel.
L'artiste mène un véritable combat, opposant sa propre force physique à celle que libère le matériau lorsqu'on veut le contraindre. Dans un effort intense, c'est à plein bras qu'elle façonne progressivement la boule, tout en l'immobilisant des coudes et des jambes, pour éviter que le matériau ne lui échappe.

SPHÈRE SUR FLEUVE SPHÈRES À ST MALO SPHÈRES À NANCY LÈS VILLERS SPHÈRE, JARDIN ROTHSCHILD SPHÈRES, TERRASSE SIÈGE ALCATEL


Du noyau vers la périphérie, elle multiplie les couches successives auxquelles elle confère, de l 'une à l'autre, des densités inégales, en assurant la résistance, la cohésion et la sphéricité tout au long du processus. Adrienne Jalbert joue sur les couleurs d'un large choix de métaux : aciers différement traités, aluminium, cuivre, laiton, maillechort et argent.
En finition, elle applique des vernis, laques, poudres de nacre et autres pigments colorés. Tour à tour sculpteur et orfèvre, Adrienne Jalbert utilise d'autres fils pour créer des "anneaux de fixations", afin de figer la forme obtenue, à l'encontre des forces qu'elle vient de maîtriser. Ces anneaux introduisent dans le volume ou sa périphérie autant de points lumineux épars.
L'artiste travaille sur la transparence et le scintillement à travers les strates d'une matière hétérogène. Une fois disparues les aspérités en surface, au prix d'un travail minutieux à la pince et à la lime, la boule précieuse peut alors être volupteusement caressée en tous sens.

Elle est représentée dans de nombreux musées comme dans les collections particulières ou des sièges de grands sociétés internationales. Sa grande « Sphère de la Prospérité » a ouvert l’Année de la Chine dans le défilé sur les Champs Elysées. Les sphères d’Adrienne Jalbert ont ce côté énigmatique et apparemment serein de leurs sœurs de l’espace. Leur côté aérien convient au sujet. Mais l’apparence masque la force, l’énergie enfermée, le feu intérieur. Le maillage de nœuds de différents fils métalliques (cuivre émaillé, bronze, fer laqué, etc) qui définit la forme cache l’agressivité des matériaux, et comprime la matière qui ne demande qu’à exploser. La tension appliquée aux liens extérieurs capture les énergies internes et domine les forces.
Extrait du livre "Les Sculpteurs du Métal" par D.DALEMONT, Editions Somogy 2006