Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Le design pictural de Fabien Cappello
le-design-pictural-de-fabien-cappello - ARTACTIF
Décembre 2021 | Temps de lecture : 17 min | 0 commentaire(s)

À propos de l'invitation de à la galerie chevalier du plus mexicain des designers français.

Qui a dit que nous n'aimions pas le design ? C'est l'usage dominant qui est en fait dont une critique s'impose tant il nuit à l'art. Comment ? En posant l'esthétique par-dessus tout. Y compris par-dessus les raisons qui font que l'art est art. Raisons qui n'en restent pas moins méconnues du grand public. Ducoup, tout se vaut. Tout est beau. Le goût esthétique dominant l'emporte. Aujourd'hui le design passe pour de l'art. Bientôt c'est l'art qui sera une forme de design. Mais il y a heureusement quelques exceptions lumineuses. Fabien Cappello se range avec couleurs et bagages dans cette catégorie où l'exception redevient norme.

 

On peut tourner dans tous les sens chacun des meubles et objets que crée Fabien Cappello. Il ne nous semblera pas forcément exceptionnel en lui-même. On notera des motifs itératifs qui s'imposent comme des éléments de style. À l'image par exemple des couleurs pop à harmonies contrastées, des surfaces ajourées et des courbes inattendues semblant parfois tordre le cou à l'ergonomie. On remarquera une inventivité virtuose dans la conception de motifs byzantins très travaillés comme dans son déjà mythique tapis Persua en laine filée à la main. Mais franchement, il n'y a pas forcément là matière à apposer les yeux fermés un tampon certifiant que « Ceci est de l'art ». Alors, en quoi Cappello mériterait-il d'être appelé un artiste ?

                                                                                        Fabien Cappello Living

Abstrait comme figuratif, un tableau nous immerge de façon impromptue dans un univers différent mais riche d'une cohérence originale qui lui est propre. C'est un microcosme régi par des lois n'ayant pas cours dans notre réalité. Le but n'est pas forcément d'inviter à un aller-retour entre cette fiction et notre réalité dans laquelle nous reviendrions édifiés par le décalage à la Montesquieu qui nous aurait permis de voir soudain notre quotidien sous un jour différent. Non. L'art n'est pas un cours d'éducation civique. Son but ne saurait se résumer à nous apprendre à aimer ou détester le contexte matériel, politique et social qui nous environne. Il se pose, de façon plus houellebecquienne, et cela suffit déjà amplement, comme constituant la preuve de la possibilité d'une île, d'un ailleurs.

Fabien Cappello ambitionne visiblement de devenir notre fournisseur officiel de ce genre d'exotisme.  Il ne designe pas des meubles ni des objets utiles ou décoratifs. Cappello crée des tableaux immersifs en 3D dans lesquels, il n'est pas nécessaire ni souhaitable de pénétrer. Ce sont des décors complets. Des scènes de théâtre statiques dont les meubles sont les acteurs quelque peu beckettiens.

C'est dire toute la magie du style joyeux et coloré mais toujours tendre avec lequel Cappello habille les petits univers complets en kit qu'il crée. Lorsque l'on découvre l'une de ces scènes chosistes, on a naturellement envie de s'asseoir sur ces fauteuils tout sauf discrets. On veut passer la paume sur le plateau des tables basses pour en sonder la matière fondue au second plan par un motif outrancier même si parfaitement géométrique. C'est précisément dans cet effet hypersaturé en termes de teintes et de motifs oscillant constamment entre borderline et too much que se situe tout le génie de Cappello.

Fabien Cappello crée des décors dans lesquels on a envie d'e pénétrer tout en sachant très bien dès le départ que l'on ne voudra absolument pas y rester. Cette immersion ponctuelle dans un univers qui nie le réel avec une telle intensité qu'il nous capte puis nous rejette n'a rien à voir avec l'esthétisation du quotidien à tout-va à laquelle se livre le design en vogue actuel. Celui-ci se consomme le plus souvent en pièces détachées. Un petit monde différent dans lequel on pénètre, magnétisé par son esthétique et dont l'on ressort intact mais changer… on appelle cela généralement un tableau, une photo, une sculpture. Bref un objet qui fait œuvre d'art.

Légendes :
Fabien Cappello – metate -17
Fabien Cappello Living-1

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art