Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Mieux au paravent ?
mieux-au-paravent - ARTACTIF
Juillet 2021 | Temps de lecture : 8 min | 0 commentaire(s)

L’intention est évidemment très noble : faire entrer dans notre quotidien une œuvre plastique du début du 20ème siècle qui y semble toute destinée. Tant son esthétique est criante de modernité. Année de création ? 1917 et non 1971. Les seventies n’aurait-elle rien inventé ? Avec Giacomo Balla, on est pris d’un doute.

Il est vrai qu’à l’époque, un artiste se sentait investi de la mission de chercher, d’expérimenter et de passer, par exemple, comme Balla du futurisme au figuratif via l’abstrait. Ce serait aujourd’hui un suicide médiatique. L’art est devenu un théâtre dont les acteurs doivent toujours jouer le même rôle.

Alors Balla peint sur tout et partout. À commencer par les murs, sols et plafonds de son propre appartement de la via Oslavia. C’est de cette période que datent les motifs à la gouache reproduits un siècle plus tard par Cassina. Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. D’autant que Balla lui-même songeait à les exploiter comme motifs de paravents. Il ne saurait donc être question ici de trahison. Rêvant d’une déclinaison de son œuvre en mobilier, l’artiste aurait vraisemblablement donné son consentement à cette édition.

Le futurisme italien ne faisait-il pas l’apologie de la modernité dans ses aspects les plus technologiques ? On allait vite passer à l’aspirateur après avoir viré le passé d’un coup de balai. Certes. Mais l’époque n’est pas la même. Du temps de Balla, l’art était consacré, compris, respecté. Il pouvait en toute innocence et en toute impunité déborder dans la décoration. Il n’en restait pas moins art. Aujourd’hui, l’esthétisation lipovetskienne du monde, rien qu’en elle-même, tend déjà à faire de l’art une simple décoration.

Est-il nécessaire d’en rajouter une couche ? Il peut donc s’avérer même dangereux, en termes d’enjeux culturels, de donner une utilité à une œuvre art. Comme ici celle d’un paravent. Solution ? Poser sur 330 Paravento un regard aussi vintage que lui.

 

Photo : Giacomo Balla – 330 Paravento - 1917 –Cassina

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Tapez sur ENTREE pour passer à la ligne