Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Abigail Lane : L’œuvre qui part en fumée
abigail-lane-loeuvre-qui-part-en-fumee - ARTACTIF
Juin 2021 | Temps de lecture : 8 min | 0 commentaire(s)

En quelques traits, quelques notes, quelques gestes, quelques mots, l’art a le génie de condenser beaucoup plus d’informations et d’émotions que n’importe quel autre type de « discours ». Car oui, l’art est discours. Deux, trois formes et autant de couleurs lui suffisent pour qu’il nous parle.

Abigail Lane doit être une grande artiste. Car avec elle, c’est fou ce qu’une paire de chaussures, une lampe et un peu de fumée peuvent trouver à nous raconter. Cette artiste anglaise reconnue pour l’originalité de sa démarche tout-terrain a acquis une expérience multi-spécialisée qui lui permet de jouer de la photographie, du moulage à la cire, de l'impression et du son comme s’il s’agissait d’autant d’instruments de musique complémentaires. Avec brio.

Elle se métamorphose en one-woman-band pour jouer de tous ces registres dans la conception comme la réalisation de ses installations. Pour You Know Who You Are, elle a eu l’idée d’intégrer un timer à une machine à fumée. Et elle a dû choisir méticuleusement son ampoule dont le faisceau directionnel donne au plafonnier des airs de soucoupe volante. L’ambiance générale de l’installation en devient délicieusement glauque comme une salle de torture minimaliste standard. 

Les chaussures vides sont disposées côte à côte l’air d’être habitées par un spectre auquel la fumée qui s’en échappe donne, si l’on peut dire, corps. Oui, nous savons qui nous sommes, Abigail. Cet être immatériel qui aspire à s’élever quitte à se brûler des ailes, de toute façon inutiles dans ce genre d’ascension. Oui, nous savons qui nous sommes, chacun. Inutile de nous le montrer en nous peignant nos portraits. Merci Abigail Lane de nous rappeler plutôt, comme ici, qui nous sommes tous. Merci à l’art de nous murmurer en un spectacle silencieux que oui, nous ne sommes tous que des mortels à côté de nos pompes. C’est gentil.

Photo : Abigail Lane – You know who you are – 1999, installation à la Galerie Chantal Crouset, Paris

RXM

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Tapez sur ENTREE pour passer à la ligne