Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
C’est un jardin extraordinaire…
cest-un-jardin-extraordinaire - ARTACTIF
Juin 2022 | Temps de lecture : 16 min | 0 commentaire(s)

A propos du Domaine des Etangs de Garance Primat, dans le Limousin.

Préparez-vous à partir en Charente limousine : l’article de Valérie Bougault dans le nouveau numéro de Connaissance des arts donne l’envie irrésistible d’aller se balader au Domaine des Etangs, à Massignac.  Non loin des châteaux de la Rochefoucauld, de Rochebrune et de Rochecouard. Il faut dire que l’idée de croiser le symbolisme de la libellule avec le conceptuel de l’art contemporain est tout simplement géniale !

 « The Sun » d’Ugo Rondinone

« The Sun » d’Ugo Rondinone

"Relatum-L’ombre des étoiles" de Lee Ufan

« Relatum-L’ombre des étoiles » de Lee Ufan

Car ici tout est œuvre d’art. La faune et la flore comme la sculpture « The Sun » d’Ugo Rondinone ou l’installation « Relatum-L’ombre des étoiles » de Lee Ufan. Cette dernière a pris place à l’automne dernier au bord d’un cratère formé par une météorite géante s’étant abattue il y a deux cents millions d’années. Jean-François Magnan, garde-forestier de son état, veille à ce que le troupeau de Limousines rousses n’ait pas l’idée saugrenue de venir un jour pousser du museau ou du sabot la belle étendue circulaire de petits cailloux scintillants sur laquelle des pierres sont tombées là comme par hasard… L’anneau de marbre blanc signé Richard Long, qui repose aussi au cœur de la propriété de mille hectares, est sûrement moins accessible pour des vaches.

A lire cet article, aucun doute : on a trouvé le paradis sur terre, et Dieu est une femme. Garance de son prénom, Primat de son nom. Digne des grands mécènes d’autrefois, la riche héritière de cette immense réserve naturelle doublée d’un luxueux complexe hôtelier a eu la merveilleuse idée en 2015 de combiner son goût pour l’art moderne et contemporain, son appétence pour la protection de l’environnement et son sens des affaires : qu’elle en soit remerciée ! Autour du château du XIIIe siècle, des métairies, d’un espace d’exposition et d’une bibliothèque, au flanc des vallons et des prairies, au bord des étangs, les œuvres d’art se sont peu à peu posées en douceur, comme par enchantement.

Au Domaine des Etangs, rien n’est décidé à l’avance. Les choses se font quand elles deviennent des évidences. Ainsi « Formes premières », la sculpture de Tony Cragg achetée récemment, a-t-elle trouvé son emplacement tout naturellement en ce nouveau printemps, rejoignant la « Vénus de l’étang » de Wang Képing taillée sur place dans un arbre malade, ou les poupées russes en or de l’installation si apaisante d’Irina Rasquinet, au doux nom de « Mère veilleuse ». Jean-François Magnan est là qui veille aussi sur le retour des abeilles ou de l’araignée mauve, sur les hardes de cervidés, les compagnies de sangliers ou la croissance des aulnes.

C’est à Audrey Zecchin que Garance Primat a confié le soin de constituer la collection en achetant une dizaine d’œuvres d’art par an, et de proposer une exposition annuelle. Après Yves Klein en 2019, l’artiste argentin Tomas Saraceno a investi l’espace d’exposition en juillet dernier, avec l’exposition « Du sol au soleil » prolongée jusqu’au 2 octobre 2022. Conçue comme une déambulation à travers des univers humains et non-humains, dévoilant les liens aussi infinis que fragiles qui unissent une toile d’araignée à un ballon volant sans énergie fossile, des jardins flottants et des phénomènes célestes, cette exposition invite à construire des relations durables et à envisager des nouvelles manières poétiques d’être au monde. Comme le Domaine des Etangs.

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art