Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Qui brutalise Aloïse Corbaz ?
qui-brutalise-aloise-corbaz - ARTACTIF
Février 2022 | Temps de lecture : 14 min | 0 commentaire(s)

À propos de l'expositon " Aloïse Corbaz, la folie papivore "
Musée cantonal des Beaux Arts de Lausanne - jusqu'au 23 janvier 2022


Quelle mouche a bien pu piquer des médecins a priori mesurés pour qu'ils décident soudain de fournir des crayons de couleur, des cahiers et des feuilles à dessin à l'une des pensionnaires de leur hôpital psychiatrique ? Ils ont été épatés par les dessins qu'elle a réalisés à la plume sur tout support sur lequel elle sera parvenue à mettre la main. C'est ainsi que l'œuvre flamboyante d'Aloïse Corbaz a réussi à parvenir jusqu'à nous.

Que serait-il arrivé si ses crayonnés avaient eu le malheur de déplaire à ces critiques artistiques en blouse blanche sûrement de bonne foi mais totalement improvisés. L'infortunée Aloïse aurait été bonne pour gribouiller, enfermée dans sa chambre, pendant des années sur des emballages de sucre et du papier toilette. Le magazine l'Œil ne se pose pas ce genre de questions. Et c'est bien dommage. Mais l'on s'en étonnerait en vain.

 Aloïse Corbaz - Materdolorosa - 1922

Manifestement ce n'est pas l'œuvre qui est ici le sujet, mais uniquement l'artiste dont la singulière personnalité est jugée bien plus captivante que ses coloriages qui n'ont, dirait-on, nul autre intérêt que de refléter une pensée dérangée. C'est bien piètre. Pas un mot sur la technique pourtant unique de l 'artiste dans tout l'article ? Ah si, pardon, une petite précision : Aloïse Corbzaz préférait le rose et le rouge. Non ??? Et elle humectait son doigt de salive pour « écraser et étendre la couleur ». Incroyable ! On nous précise même : « On voit la trace du doigt qui écrase la matière ». Extraordinaire.

Voilà un magnifique exemple de l'art d'intellectualiser l'insignifiant dans une symbolique pseudo critique afin de mieux passer silencieusement à côté de l'essentiel. Pas un mot sur la valeur artistique des dessins criants de couleurs qu'on reproduit pourtant en grand. Est-ce dans le but de nous inciter à lire des mots qui savent si mal en parler ? C'est absurde et cela ne relève en rien de ce que l'on est en droit d'attendre d'un magazine censé traiter d'art. Et s'il est question de Dubuffet, présenté comme le « théoricien de l'Art brut », c'est juste pour recueillir son opinion quant à la réalité de la maladie de l'artiste.  

Le fait, imbécilement envisagé, que Corbaz ait pu se façonner elle-même un cocon psychiatrique comme le fit fictivement le roi Henri IV de Pirandello est, rappelons-le ici, complètement secondaire. Soyons francs. On aimerait surtout savoir que penser de l'œuvre de l'artiste. S'agit-il d'enfantillages sans aucune valeur gribouillés par une adulte demeurée ou dénuée de talent ? Ou faut-il au contraire accorder, grâce à elle, une plus grande importance artistique à cette alternative à l'hégémonie du pinceau. Car oui, on peut faire des tableaux avec des crayons ! En luttant sans cesse contre le blanc du papier.

On aimerait que Marie Zawiza établisse des passerelles, cherche des zones de frictions et nous surprenne avec des rapprochements inattendus et non des proximités en forme de culs de sac intellectuels avec la prévisible Nicky de Saint Phalle. Corbaz la « préfigure » officiellement à défaut de l'avoir tout simplement inspirée. Alors, on se moque des amours déçues d'Aloïse. On compatit à ses souffrances, mais on reste indifférent aux considérations cliniques d'une conservatrice de musée. Un peu de folie s'il vous plait ! On ne lit pas L'Œil pour que ce magazine nous fasse du Gala ou du Paris Match, mais pour qu'il nous invite à reconsidérer nos idées reçues sur l'art. Tu lui fais un dessin, Aloïse ?

Légendes des illustrations :
Aloïse Corbaz - Materdolorosa - 1922
Aloïse Corbaz Bonne année (1950 - 1960)

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art