Retour
 

Réalisation d'une loggia en trompe-l'oeil

par STINCKWICH

 


L'artiste nous propose de suivre étape par étape, la création d'une fausse loggia en trompe-l'oeil.

 
Mur Loggia

L'objectif était de transformer un mur aveugle de 2m50 de hauteur et de 3m de largeur pour créer l'illusion d'une loggia. Le paysage représenté est bien réel. C'est celui qui pourrait être découvert s'il existait une fenêtre sur le mur.


 
 

Travail préparatoire et Perspective

 

La première étape est la préparation de la surface à peindre : pose de toile de verre, après application de colle, lé de 1m de largeur composé de mailles perpendiculaires assez fines. La pose de cette toile doit être effectuée avec soin quant à la verticalité. En effet, se servir du maillage, évite ainsi l'emploi du fil à plomb.

Définition de la ligne d'horizon : le peintre debout devant le mur, choisit la ligne déterminée par la hauteur de ses yeux. Plusieurs points de fuite sont indiqués évitant ainsi que les bâtiments du paysage urbain qui sera représenté, s'orientent tous dans la même direction. On notera, sur les photos du diaporama, que les joints réels du carrelage du sol se poursuivent dans la loggia accentuant ainsi l'effet de perspective.

Les prises et interrupteurs qui existent sur le mur seront repeints pour se faire oublier...

Création du paysage

 

Dans la réalité, un paysage urbain existe à la gauche du mur à peindre, il est visible à travers des baies. Le peintre s'en inspire librement. Le tracé des bâtiments et des collines à l'horizon peut commencer. L'acrylique, avec son séchage rapide, est choisi pour cette ébauche. L'emploi d'une règle suffit puisque les verticales suivent la trame de la toile comme indiqué précédemment.

Le premier plan : carrelage et mur en briques de droite sont ensuite tracés. Bien sûr, la barrière de protection sera peinte en dernier, pour ne pas se pénaliser, en devant travailler entre le barreaudage.

 
Nous pouvons passer à l'utilisation de la peinture à l'huile afin de mieux définir les couleurs en tons rompus et "nourrir" les constructions représentées. Le ciel, d'abord couvert d'un dégradé de bleu de cobalt plus blanc de titane sera par la suite travaillé avec des nuages blancs poussés par le vent. La direction des nuages vers la ligne d'horizon accroît l'effet de perspecive.
Des arbres, ici ou là, permettent à l'ensemble de "respirer". Faisant un passage entre le ciel et le paysage, un goéland, poursuivi par un autre, apporte la touche vivante à ce mur peint.

On ajoute ensuite des nuages pour agrémenter le ciel, en utilisant des pinceaux plats N° 6 en martre.

Le bas des nuages est peint en gris, le dessus en blanc. Un premier pinceau sert à étaler la couleur, un second à travailler les formes (à sec). De la "laque Garance Perm" ajoutée au gris des nuages permet de les égayer. Les nuages suivants sont réalisés de la même façon, de plus en plus petits vers l'horizon, en ajoutant du violet garance sur les derniers pour donner de la profondeur.

Plusieurs jours seront une nouvelle fois nécessaires au séchage.

STINCKWICH