Retour

Lexique

Rechercher dans le lexique

  • Abstrait L'art abstrait est un art non figuratif qui ne cherche par à représenter le réel. Il s'affranchit des règles de l'imitation de la réalité selon les lois du perspectivisme traditionnel. Né au début du XXème siècle, il s'est développé suivant deux grandes tendances, l'une émotionnelle ou gestuelle, l'autre géométrique. Parmi les précurseurs : Hartung, Pollock, Kandinsky, Mondrian...
  • Académie École où l'on s'exerce à la pratique d'un art, Académie de peinture. Inspirée par le modèle des académies italiennes, le premier peintre du roi, Charles Le Brun, fonde en 1648 l'Académie royale de peinture et de sculpture, en compagnie d'un collège de onze artistes. Elle est dissoute en 1792 et remplacée deux ans plus tard par l'Institut, puis par l'Académie des beaux-art en 1816.
  • Acrylique Peinture synthétique qui combine certaines qualités de la peinture à l'huile avec celle de la peinture à l'eau. Elle permet de créer des effets variés, du lavis léger jusqu'à une pâte épaisse. La peinture acrylique est utilisée pour la première fois dans les année quarante.
  • Action painting Expression américaine dont l'équivalent français peut être "peinture gestuelle" qui désigne un mouvement d'art abstrait apparu principalement à New-York vers 1945, sous l'influence des procédés automatiques surréalistes, et dont les principaux représentants sont Kline, De Kooning et surtout Pollock.
  • Aérographe Pistolet pulvérisateur à air comprimé permettant d'obtenir un jet de peinture ou d'encre très fin et de créer des dégradés de couleurs ainsi que des nuages de points.
  • Anamorphose Représentation volontairement déformée d'un sujet, dont le véritable aspect ne peut être découvert par le spectateur que sous un angle déterminé par rapport au plan du tableau.
  • Apprêt Préparation de la toile ou du bois pour pouvoir y appliquer la couleur. Cela consiste à étaler une couche plus ou moins épaisse d'un enduit composé essentiellement d'huile cuite et de blanc d'argent, ou de chaux et de colle.
  • Aquarelle Peinture exécutée avec des couleurs délayées dans l'eau sur une feuille de papier dont le grain demeure visible par transparence.
  • Art numérique Ensemble des oeuvres d'art utilisant l'informatique comme moyen de création. On trouve dans ce domaine la peinture numérique, l'infographie, la vidéo numérique, le webdesign, l'art en ligne, etc... et des techniques mixtes comme la pix-peinture.
  • Atelier Local où travaille un peintre ou un sculpteur avec ses aides, ses apprentis ou ses élèves. Un travail d'atelier est un travail exécuté soit par des apprentis ou des élèves sous la direction d'un maître, ou d'après ses dessins. Une oeuvre anonyme est dite de l'atelier de tel maître lorsqu'elle a été faite par l'entourage immédiat ou sous la surveillance de ce maître.
  • Bistre Couleur intermédiaire entre le brun et le jaune rouille.
  • Bonne tenue Peinture qui ne présente ni cloquage, ni craquelage, ni écaillage, ni décollement, au delà de 5% de la surface de l'élément de référence. Les salissures d'origine biologique et les encrassements ne sont pas des altérations de "bonne tenue". Les altérations accidentelles(dues au mouvement du support, à des fuites de canalisations d'eau, etc.) ne dépendant pas de la qualité de revêtement, ne concernent pas" la bonne tenue".
  • Bronze : Alliage de cuivre et d'étain utilisé pour la sculpture. Plusieurs procédés de travail : le moulage au sable et à la cire perdue... Ce matériau noble sait surmonter l'épreuve des siècles et des intempéries.
  • Bronze à cire perdue Dans cette technique, le modèle, exécuté en cire (il s'agit le plus souvent d'un noyau en argile recouvert de cire modelée), est recouvert d'une enveloppe réfractaire de couches d'argile ou de poudre de brique. Des petits bâtonnets de métal maintiennent l'enveloppe sur le noyau. La cire est fondue à la chaleur et évacuée par des conduits ménagés dans l'enveloppe externe, qui serviront aussi lors de la coulée à évacuer les gaz; le métal en fusion est coulé par d'autres conduits.
  • Brossage Préparation des fonds au moyen d'une brosse de façon à éliminer les matières diverses peu adhérentes.
  • Brosse Pinceau généralement assez large, de forme plate ou ronde, formé de poils ou de fils plus ou moins flexibles et d'égale longueur. Selon les matériaux utilisés et la nature de son travail, le peintre emploie différents types de brosses.
  • Broyage Action de concasser et de réduire en poudre les couleurs sèches, puis de les amalgamer à l'huile, à l'eau, ou à tout autre liant.
  • Calligraphie Art de dessiner les caractères de l'écriture et de les décorer ou de les utiliser à des fins décoratives.
  • Camaïeu Coloris obtenu par les variations de clair-obscur d'une seule couleur.
  • Céramique, céramiste La céramique (qui vient du grec "keramos", ce qui veut dire terre à potier) est le nom générique pour les trois qualité de base : la faience, le grès et la porcelaine. Par extension, la céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre cuite. La céramique est le premier « art du feu » à apparaître (avant la métallurgie et le travail du verre), les tessons les plus anciennes datent de 24 à 26.000 ans avant Jésus-Christ.
    Par extension, le céramiste est la personne qui travaille la céramique.
  • Cercle chromatique Cercle divisé en douze parties et composé des trois couleurs primaires (Rouge, Vert, et Bleu), des trois couleurs secondaires, et des six couleurs tertiaires.
  • Châssis Cadre sur lequel est tendue la toile d'un tableau.
  • Chevalet Support en bois, sur pieds, réglable en hauteur, que les peintres utilisent pour poser leur toile.
  • Cimaise Corniche destinée à recevoir des tableaux dans les musées et les galeries. Au XIX° siècle, on disait d'un peintre qui exposait dans les Salons qu'il avait obtenu les "honneurs de la cimaise" s'il était parvenu à faire accrocher son tableau bien en vue.
  • Cinétique Art cinétique : courant d'art contemporain né des tendances constructivistes de l'abstraction géométrique. Les oeuvres cinétiques sont animées soit d'un mouvement réel (sculptures mobiles) soit d'un mouvement virtuel (oeuvres de Vasarely, Cruz-diaz,...) soit par le déplacement de l'éclairage ou du spectateur.
  • Cire Substance d'origine animale, végétale ou minérale de couleur jaune ou blanche qui sert de liant dans certaines peintures ou vernis.
  • Clair-Obscur Ensemble équilibré d'ombres et de lumières, permettant de mettre en valeur un personnage ou un objet. En peinture, on appelle "clair-obscur" la technique consistant à moduler la lumière sur un fond d'ombre, en créant des contrastes propres à suggérer le relief et la profondeur.
  • Cobalt Métal blanc proche du fer et du nickel, qui désigne le bleu en général.
  • Collage Procédé qui consiste à coller et à assembler sur un support des fragments de matériaux hétérogènes.
  • Composition La composition est la création par excellence. Le peintre dispose les volumes, les lignes, les couleurs et les valeurs en organisant la surface de sa toile par des diagonales, un centre, des points de fuite, des ligne de force...
  • Copyright Droit que détient un auteur ou un éditeur d'exploiter une oeuvre littéraire, artistique, etc..., pendant une durée déterminée.
  • Copiste Artiste peintre spécialisé dans la reproduction d'oeuvres originales de maîtres.
  • Couche d'impression Peinture spécifiquement destinée à imprégner en première couche un support absorbant.
  • Couleurs chaudes Ce sont des couleurs faisant penser au soleil et à la chaleur. Ces couleurs font parties de la gamme des jaunes, des orangés allant jusqu'au rouge.
  • Couleurs complémentaires Couleurs diamétralement opposées sur le cercle chromatique. Par exemple le violet est la couleur complémentaire du jaune.
  • Couleurs froides Plus une couleur est mélangée avec du bleu, plus elle semble froide.
  • Couleurs primaires Couleurs qui ne peuvent être obtenues par le mélange d'autres couleurs. Ces trois couleurs sont le Rouge, le Jaune et le Bleu. Ce sont les couleurs de base. Les pigments purs de couleurs primaires sont le magenta (rouge bleu), le cyan (bleu-vert) et le jaune.
  • Couleurs secondaires Couleur obtenue par le mélange en égale quantité de deux couleur primaires. Jaune, Violet, Orange, Vert.
  • Couleurs tertiaires Couleurs obtenues par le mélange des couleurs voisines sur le cercle chromatique.
  • Couteau Lame d'acier, en forme de truelle, plus ou moins large, longue ou flexible, dont les peintres se servent pour manipuler les couleurs sur la palette. Le couteau sert aussi à enlever les impuretés de la toile, ou à la décharger de couleur. Depuis le XIX° siècle, les peintres préfèrent parfois le couteau au pinceau pour poser les couleurs sur la toile et les travailler.
  • Craie Calcaire blanc, qui entre dans la composition des préparations et des enduits à l'eau et à la colle.
  • Croquis Esquisse rapide indiquant les traits essentiels.
  • Cubisme Mouvement artistique né au début du XXème siècle qui rompt avec la vision traditionnelle des sujets par une représentation décomposée en plans géométriques et en volumes. Le tableau "Les demoiselles d'avignon" de Picasso marque la naissance de ce courant avec Braque, Gris, Fernand Leger, Delaunay...
  • Cuivre Métal usuel de couleur jaune ou rouge parfois utilisé en plaque ou en panneaux, pour servir de support à une peinture.
  • Dada, dadaisme Mouvement de révolte littéraire et esthétique né en 1916 en réaction contre le guerre et le militarisme. Il s'exprima d'abord par un refus absolu de l'Art. Tzara (auteur des "Sept manifestes Dada"), Picabia, Hans Arp, Richter, Duchamp... illustrèrent l'esprit Dada. Ce mouvement éphémère déclina dès 1922.
  • Dégradé Transition progressive entre une couleur dite de premier plan et une autre de second plan.
  • Détrempe (peinture à la) Technique utilisant l'eau pour dissoudre les couleurs et des substances comme le blanc d'oeuf, le lait, le lait de figue, la colle, la gomme, la cire, ou d'autres substances (sauf l'huile) comme agglutinants. Utilisé sur des supports comme la pierre, le bois, le métal, le papier, la toile, traités spécialement avec un apprêt pour mieux prendre la couleur.
  • Eau Forte Procédé de gravure sur métal s'effectuant par l'intermédiaire d'un acide. Le mot s'applique à la fois à la technique, au mordant et à l'estampe elle-même. Cette technique de gravure en creux est basée sur l'utilisation de l'acide nitrique. La matrice en cuivre est revêtue d'une légère couche de vernis gras résistant à l'action de l'acide. Sur ce fond sombre, le graveur trace le dessin en se servant d'une pointe d'acier qui découvre le cuivre de la plaque. Celle-ci est alors plongée dans un bain d'eau et d'acide nitrique qui attaque et creuse les parties découvertes, en laissant intactes celles qui sont protégées par le vernis : c'est la phase de la morsure. Puis la couche de vernis est éliminée et on passe à l'encrage et à l'impression. L'eau-forte, souvent associée à la pointe sèche, se caractérise par le naturel des lignes, semblables à celles que l'on obtient par le dessin.
  • Ebauche Première forme donnée à une oeuvre, à un ouvrage.
  • Ecaillement Altération de la couche picturale caractérisée par un manque partiel d'adhérence de celle-ci au support.
  • Echappée Vue éloignée dans un paysage ou dans une composition.
  • Ecole Au sens artistique, l'école est un mouvement collectif autour d'un même maître ou d'une même doctrine, et/ou des groupes d'artistes présentants des points ou une démarche commune (origine, style, inspiration, formation...). Retenons : l'Ecole Flamande, l'Ecole de Pont-Aven, l'Ecole Provençale...
  • Ecriture Ensemble des éléments caractéristiques qui contribuent à définir la manière personnelle d'un peintre : dessin, maniement du pinceau, touche.
  • Egrénage Dans la préparation des surfaces, opération ayant pour objet l'enlèvement ou le décrottage des projections de plâtre, d'enduits, etc. qui subsistent sur un subjectile en maçonnerie, en bois ou en métal. Cette opération est toujours suivie d'un époussetage.
  • Embu Défectuosité initiale caractérisée par une ternissure dans des zones bien définies.
  • Empâtement Relief produit sur un tableau par l'application de couches épaisses de matière picturale.
  • Emulsion Dispersion d'un liquide au sein d'un autre avec lequel il n'est pas miscible : l'un d'eux (liquide émulsionné) étant dispersé dans l'autre (liquide dispersant) sous forme de fines gouttelettes. Il peut exister des émulsions de plus de deux liquides non miscibles. On dit vernis-émulsion, liant-émulsion, encaustique-émulsion, peinture-émulsion. Les émulsions peuvent servir de couches d'apprêt, de fonds, d'ébauches pour les glacis ou des teintes à l'huile ou au vernis.
  • Encaustique Peinture composée de couleurs délayées dans de la cire fondue.
  • Encollage Application d'une ou plusieurs couche(s) de colle sur la surface d'un support pour garantir l'isolement de la couche picturale et unifier la surface à peindre en rendant la toile plus serrée et limiter son pouvoir absorbant.
  • Enduit Couche destinée à isoler le support (toile, bois, métal, pierre, mur) de la couche picturale.
  • Enluminure : Lettre ornée ou miniature, colorée, des anciens manuscrits en même temps que l'art de créer ce décor. Procédé de reproduction par le travail au pochoir.
  • Entoilage Opération consistant à fixer et de tendre la toile sur le châssis au moyen de semences clouées sur la rive ou sur le revers de celui-ci.
  • Epure Représentation d'un objet par sa projection sur trois plans perpendiculaires.
  • Esquisse Dessin ou peinture exécutés rapidement, pour fixer une image ou une idée destinée à un ouvrage de peinture, de sculpture ou d'architecture. Précède l'ébauche.
  • Essence Liquide volatil utilisé comme diluant des peintures à l'huile. On appelle parfois "peinture à l'essence", une technique où la peinture à l'huile est fortement diluée à l'essence, ce qui peut donner des effets de transparence comme l'aquarelle.
  • Estampe Image imprimée au moyen d'une planche gravée de bois, de cuivre ou de pierre calcaire.
  • Estompe Petit rouleau pointu de papier, de peau ou de coton roulé. Il est utilisé pour étendre le crayon ou le pastel sur un dessin. Ce procédé permet de produire les ombres et les demi-teintes sans avoir recours aux hachures.
  • Etude Dessin ou peinture qui n'est pas traité comme un tableau définitif, mais exécuté avant l'oeuvre proprement dite.
  • Expressionnisme Forme d'art qui s'efforce de donner à une oeuvre le maximum d'intensité expressive. Ce courant s'est surtout manifesté au XXème siècle avec la recherche de l'effet produit par l'oeuvre autant que par le sujet. Van Gogh, Gauguin, puis, Ensor, Munch, Matisse sont à l'origine des poussées expressionismes modernes.
  • Expressionnisme abstrait L'expressionnisme abstrait se situe au confluent de plusieurs courants de la peinture moderne, notamment de l'expressionnisme et du surréalisme. Il symbolise l'art américain de l'après-guerre et joue un rôle de premier plan dans l'émergence de l'école de New York sur la scène artistique internationale. Excluant catégoriquement le réalisme, le mouvement s'exprime avec intensité dans les formes, les lignes et la couleur.
  • Facture Chaque artiste a une facture qui lui est propre, un "faire", disait Diderot, une façon de jouer avec la pâte, d'utiliser son pinceau. La facture c'est l'écriture du peintre. Manière dont un tableau est exécuté, particulièrement d'un point de vue technique. La technique d'un tableau se caractérise par l'épaisseur de la pâte, la répartition des empâtements et l'orientation de la touche. Chaque peintre a sa facture, qui le distingue des autres artistes.
  • Faience le nom vient de la ville de Faenza en Italie.
    La pâte de faience est composée d’argile, de craie, de felspath, de dolomie et de silice. La faience est cuite aux environs de 1.000° et l’émail aux environs de 950° 980° La pâte reste poreuse et ouverte. La pâte peut être blanche ou colorée.
  • Faïencage Etat de détérioration d'un tableau dû à de très fines craquelures.
  • Fauvisme Mouvement qui prone l'emploi généraliser des tons purs. Matisse, Renault, Van Dongen, Manguin furent quelques uns des initiateurs de ce courant artistique né au début du XXème siècle.
  • Fondu La technique du fondu consiste à réduire en vigueur un ton sur ses bords, ou à juxtaposer deux couleurs que l'on réunit ensuite, à la différence des couleurs appliquées en plage. Le fondu indique la manière dont les couleurs juxtaposées se mêlent et se confondent en diminuant progressivement d'intensité. Dans les différentes techniques du lavis, le fondu est obtenu en étendant la couleur avec de plus en plus d'eau.
  • Fresque Peinture murale exécutée à l'aide de pigments d'origine minérale résistants à la chaux et détrempés à l'eau, appliqués avec des brosses sur un support constitué par une couche de mortier frais, composé de sable et de chaux éteinte.
  • Frise Composition dessinée, peinte ou sculptée, souvent répétitive et ayant une forme allongée.
  • Frottis Couche de peinture peu épaisse, appliquée rapidement avec une brosse à poils dures et à travers laquelle on perçoit encore le grain de la toile.
  • Fusain Bâtonnet de charbon utilisé parfois pour dessiner. Nom que prend le dessin exécuté avec cette technique.
  • Giclé : Procédé de reproduction qui, à partir de données numériques, traduit les données binaires d'une image en quantité d'encre à déposer sur un papier ou une toile préparée avec une qualité de couleurs particulièrement fidèle.
  • Glacis Trés mince couche de peinture, destinée à jouer par transparence avec la couleur sèche du fond sur laquelle on la pose.
  • Gouache Peinture préparée à l'aide de couleurs délayées dans de l'eau avec de la gomme et rendues pâteuses par du miel ou une autre substance.
  • Grain Ensemble de petites aspérités qui rendent la surface d'un support pictural (papier, toile, panneau) légèrement rugueuse.
  • Grattage Opération qui a pour but d'enlever au grattoir tout ou parties des couches de peinture à la colle ou à l'huile sur des surfaces qu'on veut repeindre.
  • Gravure : Art d'obtenir des tracés à partir d'une surface dure en la gravant avec des outils divers. L'image gravée et dessinée sur une matrice en bois, en métal ou en pierre, est imprimée en un ou plusieurs exemplaires, sur un support généralement de papier, grâce à un procédé d'encrage et d'impression. Une "gravure" est une estampe gravée : l'artiste réalise lui-même manuellement la matrice métallique, le dessin est gravé en creux, aucune contrefaçon n'est possible (en un coup d'œil, on reconnaît une gravure). Les tirages sont limités et réalisés manuellement (encrage et essuyage de la matrice : opérations renouvelées pour chaque épreuve), sur une presse taille-douce, comme du temps de Dürer (1500) ; la mécanisation n'est pas accessible.
  • Grès Suivant leur composition ils cuisent entre 1.150 et 1.350 degrés.
    La pâte de grès est composée de silice, d’alumine ; d’oxyde de fer ; de chaux, de manganèse et d’alcalie. Il s’agit d’une pâte fermée. La pâte peut être blanche ou colorée.
  • Héliogravure Procédé d'impression utilisant des plaques ou des cylindres gravés en creux.
  • Huile
    (peinture à l')
    Technique de peinture sur bois ou sur toile. En général, les pigments sont mélangés avec des huiles grasses (lin, noix, pavot), auxquelles on peut ajouter des huiles essentielles ou des solvants, comme l'essence de térébenthine. Ce principe était connu dès l'Antiquité, mais la technique proprement dite de la peinture à l'huile a été perfectionnée par les peintres flamands du début du XVe siècle.
  • Hyperréalisme Mouvement artistique né aux Etats-Unis à la fin des années soixante, visant à une reconstitution objective de la vie contemporaine. Imitation littérale et représentation minutieuse de la réalité, l'hyperréalisme diffère du trompe-l'oeil par le choix des sujets. Principaux représentants : R. Estes, J. Kacere, J. Salt, Hucleux, Gilles Esnault...
  • Icône Image sacrée des religions orthodoxes, peinte sur bois, sur métal, sur ivoire, etc.
  • Impression Couche de colle ou d'huile que l'on applique à l'aide d'un pinceau sur un support pour en réduire le pouvoir absorbant.
  • Impressionnisme Mouvement pictural qui se développa à partir de la fin du 19ème siècle en réation contre les conceptions accadémiques de l'art. Parmi les premier impressionnistes : Claude Monet dont la toile "Impression, soleil levant" inspira le mouvement, Renoir, Sysley, Bazille... Ils mettent au point une nouvelle démarche pour capter le jeu de la lumière et les apparences jugitives de l'instant, posant les couleurs par touche distinctes.
  • Infographie Application des moyens informatiques pour la création ou le traitement d'images (on parle alors d'images numériques). L'infographiste, à l'aide d'un périphérique de saisie (souris, tablette graphique, clavier, ...) crée ses visuels à partir de puissants logiciels de traitement / création d'image et les enregistrent en données informatiques. La création peut être utilisée aussi bien pour le seul domaine informatique (notamment pour internet) que pour l'impression.
  • Jet d'encre : Procédé de reproduction qui, à partir de données numériques, traduit les données binaires d'une image en quantité d'encre à déposer sur un papier ou une toile préparée avec une qualité de couleurs particulièrement fidèle.
  • Laque En peinture, on entend généralement par laque un colorant déposé, par absorption ou précipité, sur un support minéral. On obtient ainsi des laques insolubles. Les laques les plus solides sont d'origine minérale, du type laque de fer fixée à l'alumine.
  • Lavis Technique consistant à teinter un dessin avec de l'encre de chine, du bistre ou une autre substance délayée dans de l'eau.
  • Linogravure Procédé de gravure qui utilise le linoléum au lieu du bois.
  • Lithographie : Procédé de reproduction, à plat, sur pierre, fondé sur l'antagonisme entre l'eau et les corps gras.
  • Maître Titre donné à un artiste ayant fait école et acquis une notoriété, tant par son talent que par son influence.
  • Marouflage Le marouflage consiste à faire adhérer à l'aide d'une colle très forte (maroufle, céruse, amidon, dextrine) un support pictural mince et souple sur un autre support, le plus souvent rigide.
  • Mécénat C'est un soutien matériel apporté par la bénéficiaire àune oeuvre ou à une personne pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général, tel l'art plastique contemporain. Le mécénat offre des possibilités de déduction fiscale.
  • Médium Préparation liquide à base de résines et d'huiles, que l'on ajoute aux couleurs déjà broyées.
  • Miniature Peinture de petite taille, réalisée avec beaucoup de précision.
  • Modelé Rendu du relief, des formes, en sculpture, en dessin, en dessin. Le modelé s'obtient en peinture ou en dessin au moyen de hachures ou de dégradés qui traduisent les différentes valeurs de l'ombre et de la lumière se répartissant sur les surfaces de l'objet. Avec l'Impressionnisme, il est remplacé par le jeu direct de modulations de touches de couleur suggérant des volumes et une profondeur propres à la peinture, désormais détachée du souci d'imitation.
  • Modèle Objet servant d'exemple à l'artiste ou personne qui pose pour un peintre ou un sculpteur.
  • Motif Sujet ou thème d'un tableau. Sujet à partir duquel un tableau est élaboré. Par extension "aller sur le motif" (Paul Cézanne) signifie peindre en plein air, devant le paysage.
  • Nabis S'inspirant du synthétisme de Gauguin et de l'esthétique symboliste, les peintres "nabis" (de l'hébreu nabi, prophète) révolutionnèrent les techniques décoratives avec une nouvelle utilisation des couleurs (vitrail, lithographie, détrempe, illustration) à la fin du 19ème siècle. Parmi les plus célèbres : Paul Sérusier, Maurice Denis, Emile Bernard, Edouard Vuillard, Pierre Bonnard...
  • Nature morte Objets inanimés représentés sur la toile.
  • Neriage Terme utilisé en céramique. Technique qui consiste à mélanger deux terres de couleurs différentes et d’obtenir ainsi des dessins.
  • Nombre d'or Ce nombre apparaît, au yeux de certains, comme un principe d'harmonie universelle ou comme la clé d'une conception absolue de la beauté. Depuis l'Antiquité, les géomètres et les philosophes ont cru à l'existence d'une proportion privilégiée que les artistes de la Renaissance appelèrent le « Nombre d'or ». Une harmonie, que certains estiment parfaite, existe entre deux grandeurs, notamment entre deux dimensions, lorsque celles-ci sont entre elles dans la même proportion que la plus grande avec leur somme.
    (x / y) = y / (x + y )
  • Nuance Chacun des degrés par lesquels peut varier une couleur.
  • Offset Procédé d'impression industrielle dans lequel le report du texte ou de l'image à imprimer se fait d'abord de la forme d'impression sur un rouleau spécial (blanchet en caoutchouc), puis de ce rouleau au papier.
  • Palette Plaque mince, de forme rectangulaire, ovale ou ronde, percée d'un trou pour laisser passer le pouce, sur laquelle les peintres travaillent leurs couleurs.
  • Pantographe Instrument constitué de quatre tiges articulées,qui permet de reproduire mécaniquement un dessin, éventuellement en le réduisant ou en l'agrandissant.
  • Papier huilé Le papier huilé est enduit d'huile de lin et sert de papier report ou de papier calque. Il a été très employé dès le Moyen Âge pour reproduire des esquisses ou comme support.
  • Papier marouflé Voir marouflage. Le papier est collé sur un support rigide (bois, pierre) ou souple (toile) et servant à transformer la nature du fond qui reçoit la peinture.
  • Parrainage C'est un soutien matériel ou financier apporté à une manifestation, à une personne, à un produit ou une organisation en vue d'en retirer un bénéfice direct.
  • Pastel Bâtonnet de carbonate de calcium coloré. Crayon de couleur. Dessin en couleurs exécuté avec des crayons de pastels. Les principales qualités du pastel sont la souplesse, la rapidité de l'exécution, la variété dans la facture: hachures, touches fondues ou complètement estompées. Le pastel permet aussi de superposer plusieurs couches sans avoir à effacer. De plus, la traduction parfaite qu'il donne de la matière d'un épiderme contribue à en faire une technique de prédilection pour le rendu des portraits. La faculté de "croquer" rapidement un visage et son expression, la possibilité des "reprises", la maniabilité donnée par le support sont autant d'autres avantages qui contribuent à son succès.
  • Pastiche Reprise d'un tableau existant par un autre artiste qui copie quelques éléments en changeant peu ou radicalement le sens de ce dernier.
  • Patine Résultat d'une lente évolution naturelle des oeuvres se traduisant par un léger assombrissement des tons produit par l'oxydation des liants à base d'huile et par celle du vernis original. Le jaunissement des vernis successifs a tendance à être confondu avec la patine naturelle.
  • Pierre noire Schiste argileux à grain serré, utilisé à la manière d'un crayon, qui donne un trait dont la teinte varie du noir au gris. Deux autres techniques sont venues le supplanter : le fusain et la mine de plomb.
  • Pigment Substance colorée d'origine minérale ou végétale, utilisée dans la fabrication des peintures.
  • Pincelier Récipient en fer blanc contenant de l'essence de térébenthine qui sert au nettoyage des pinceaux et des brosses.
  • Pistolet Appareil permettant la pulvérisation de peinture ou de vernis par l'intermédiaire d'air comprimé.
  • Pixel Unité élémentaire d'information de luminosité et de couleurs, composant ponctuellement, et en un endroit donné, une image informatique en demi-teintes. Le mot "pixel", (abréviation px) à été formé par la contraction des mots anglais, "picture" et "element". (image et élément). Le pixel à la même signification en anglais et en français. En informatique, le pixel se concrétise toujours sous la forme d'un carré, plus ou moins grand. On peut valablement comparer le pixel, à la "tesselle" (abacule) d'une mosaïque, (qui, par contre, peut être de forme irrégulière) en ce que la tesselle, est elle aussi le plus petit élément constitutif d'une image d'ensemble. Ainsi, comme pour les tesselles d'une mosaïque, plus il y a de pixels pour faire une image informatique en demi-teintes, plus cette image sera nette et détaillée. Le pixel, à donné lieu récemment à une apocope avec sa forme réduite de "pix". Pix, signifie strictement la même chose que pixel, auquel il se substitue en certaines occasions, notamment lorsqu'il est employé comme préfixe. C'est ainsi que pixel, à donné lieu à pix-peinture, (variante de la peinture numérique) ou pix-mouvement, (groupement des artistes pix-peintres) et à de nombreuses marques commerciales.
  • Pix Peinture (ou Pix-Paint) Mode pictural contemporain affilié aux arts numériques qui se distingue de l'infographie en ce que le pix-peintre qui crée lui aussi sur ordinateur graphique, repeindra, lui, toujours traditionnellement son œuvre une fois reportée sur toile, au moyen d'un traceur. L'œuvre mixte ainsi réalisée est toujours une pièce unique. On peut citer le travail du peintre KABU KIPARIS (alias KABUKI) fondateur du Pix-Mouvement, à titre d'exemple.
  • Plâtre Matériau résultat de la cuisson modérée du gypse, suivie de mouture. Le plâtre peut être utilisé pour épaissir une peinture. Il entre aussi dans la composition de certaines préparations et dans celle des siccatifs en poudre. Enfin, il peut être aussi utilisé comme revêtement mural et à certaines techniques de sculptures.
  • Pochade Peinture de petit format exécutée sommairement de quelques coups de pinceau. Bien qu'elle réunisse toutes les données de l'esquisse ou du croquis, la pochade a un caractère définitif et constitue par elle-même un tableau. Le terme est quelquefois synonyme de peinture comique ou de caricature.
  • Pochoir Plaque découpée selon les contours d'un ornement, d'un caractère..., et permettant de reproduire celui-ci en frottant une brosse, un pinceau imprégné de couleurs, les parties ajourées. (voir enluminure)
  • Point de vue En perspective, cette expression désigne le lieu où est placé l'oeil du spectateur ou lieu de vision théorique, situé en dehors du tableau.
  • Pointe d'argent Stylet ou barrette d'argent effilé maintenus sur un manche de bois, utilisés jusqu'à la Renaissance pour dessiner sur un papier ou un parchemin obligatoirement recouvert d'un enduit à base de poudre d'os mêlée d'eau, de gomme arabique et de couleurs. d'où le nom de carta-tinta : papier préparé.
  • Pointe de plomb C'est un alliage de plomb et d'étain qui, effilé et emmanché, servait à dessiner. Elle fut employée dès le Moyen Âge par les scribes et les peintres pour exécuter des esquisses et des croquis, et mais fut éliminée par le crayon au graphite, ou mine de plomb.
  • Pointillisme Technique picturale qui consiste à juxtaposer des petites touches comme des points de couleur souvent pure pour créer l'illusion de la réalité chromatique. Egalement appellée divisionnisme, cette école néo-impressionniste s'est illustrée avec des peintres pointillistes rémarquables tels que Georges Seurat, Gross...
  • Pop'Art Mouvement artistique contemporain recourant aux procédés graphique de la publicité, de la mode ou de certaines formes de la bande dessinée. Né en Angleterre, le mouvement s'imposa aux Etats-Unis avec des artistes comme Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Ton Wesselmann....
  • Porcelaine le nom vient de l’italien coquille.
    Poterie blanche à pâte fine vitrifiée, homogène et translucide ; cuite entre 1.250° et 1.460° ; il s’agit d’une pâte fermée, « biscuit » sans émail ou généralement recouverte d’une glaçure transparente ou incolore. La pâte de porcelaine se compose de kaolin, de quartz, de feldspath et de craie, elle peut être transparente ou opaque. La porcelaine a été découverte 4.000 ans avant J.C..
  • Quadrichromie Procédé de reproduction des couleurs utilisant la superposition des trois couleurs primaires (cyan, jaune et magenta) et du noir.
  • Raku Mode de cuisson le RAKU ou cuisson rapide. Le mot RAKU signifie « plaisir du loisir.
    C’est le nom d’une poterie destinée à l’origine, à la Cérémonie du Thé au Japon au XVI siècle. Le rituel de cette cérémonie est étroitement lié à la philosophie Zen et met en valeur la simplicité, la douceur, le naturel, l’inattendu. Le nom de cette dynastie se perpétue de nos jours et porte avec honneur le titre de Trésor national Vivant.
    Les pièces émaillées et préalablement biscuitées sont enfournées, lorsque la température atteint 900° ou 1.000° en une heure environ, les pièces sont retirées avec des pinces et sont plongées dans des bacs de sciures, de feuilles ou de papiers qui s’enflamment, le choc thermique provoquent des tressaillements, et l’on dit que l’on dessine avec la fumée qui s’est infiltrée dans les craquelures.
  • Rechampir Détacher (un ornement) d'un fond, en soulignant les contours par un contraste de couleurs, au moyen de moulures...
  • Restauration Action de réparer ou de redonner l'aspect ou les couleurs d'origines à une oeuvre.
  • Retable Panneau vertical (placé derrière un autel), le plus souvent peint et richement orné.
  • Retouche Correction d'un détail, effectuée après coup, par le peintre ou lui-même ou par le restaurateur, en vue d'apporter une amélioration au tableau (ou dit alors plutôt repeint). Application des dernières couches de peinture en vue de parfaire certains détails.
  • Romantisme Ensemble de mouvements artistiques qui s'épanouirent au 19ème siècle sur la base d'un rejet du rationnalisme et du classicisme. Parmi les peintres considérés comme des maîtres du romanstisme : Gros, Géricault, Delacroix, Constable...
  • Rome
    (Prix de…)
    Pension attribuée par voies de concours à de jeunes artistes pour leur permettre de parfaire leurs études dans l'établissement de l'Académie de France à Rome. Ce terme désigne le lauréat de chacune des sections du concours et les oeuvres primées.
  • Salon Exposition périodique, annuelle ou bisannuelle, d'oeuvre d'artistes.
  • Sanguine Elle se présente sous forme de bâtonnet ou de poudre. Elle est constituée avec une variété d'hématite rouge, argile coloré à base d'oxyde ferrique.
  • Sepia Matière colorante brunâtre, sécrétée par la seiche et dont on se sert pour le dessin au lavis. Ce lavis de sépia a remplacé au XIX° siècle le lavis de bistre.
  • Sérigraphie C'est, en quelque sorte, une extension du pochoir. Procédé de l'estampe utilisant des écrans de soie inégalement imperméabilisés et interposés entre le papier et l'encre. La sérigraphie en couleurs est tirée au repérage à l'aide de plusieurs écrans.
  • Spatule Instrument de métal que les peintres utilisent comme racloir ou pour lisser la couche picturale.
  • Staff Mélange plastique de plâtre, de ciment, de glycérine et de dextrine. Celui-ci, constitue un fond absorbant neutre pour les peintures.
  • Stuc Plâtre mélangé à du marbre en poudre et à de la colle, et parfois armé de cheveux ou de treillis, utilisé pour la sculpture et la décoration en architecture, principalement du seizième au dix-huitième siècle. Il convient parfaitement pour réaliser les décorations chargées des styles baroque ou renaissance.
  • Stylet Petite lame mince et pointue utilisée par les peintres pour travailler la cire ou l'enduit frais dans la technique de la fresque. Dans la technique du dessin, le terme désigne un petit manche de bois dans lequel est assujettie une mince tige d'argent, plus rarement d'or ou de cuivre.
  • Surréalisme Mouvement littéraire et artistique qui se constitua vers 1920 sur la base d'un rejet systématique de toute logique pour établir de nouveaux raisonnements. Mouvement animé par Breton, reunit de nombreux poètes (Eluard, Desnos,...), et des peintres surréalistes (Dali, Tanguy, Ernst), photographes et cinéastes (Bunuel...)
  • Taille-douce Nom donné à la gravure en creux. Ce terme s'applique en général à la fois à l'eau forte et au burin.
  • Teinte Couleur résultant du mélange de deux ou plusieurs couleurs. Diversité des nuances d'une même couleur. Une teinte rompue est une teinte qui a été additionnée de noir ou de bleu. Une teinte plate est une teinte occupant une certaine surface et ayant partout la même nuance et la même intensité. La demi-teinte est un ton intermédiaire entre l'ombre et la lumière.
  • Tempera Mélange eau-pigments par de la colle ou de l'oeuf. Procédé de peinture à la détrempe dans lequel le liant, ou véhicule, est une émulsion contenant des substances aqueuses et huileuses telles que l'oeuf et le lait de figue. D'un pouvoir couvrant remarquable, la peinture a tempera permet de pratiquer des glacis. Cependant, elle est fragile à l'humidité et d'une pratique peu aisée. Supplantée par la technique de l'huile dès le XV° siècle, elle ne fut pourtant pas totalement abandonnée des peintres qui l'utilisaient conjointement à l'huile, notamment pour l'exécution des dessous.
  • Texture Fait référence à la sensation d'une surface que l'on touche, où que l'on imagine si l'oeuvre ne peut être que regardée. Une surface peut être lisse, rugueuse, polie, satinée, etc. En peinture, l'outil utilisé influence la texture apparente.
  • Tiré à part Reproduction d'une oeuvre avec le procédé d'imprimerie offset. Le tiré à part se différence de l'affiche ou du poster par la qualité du support et par une série limitée, numérotée et signée individuellement de la main de l'artiste.
  • Ton Degré de saturation ou de luminosité, d'intensité lumineuse, présenté par une teinte, allant du plus foncé au plus clair. Valeur d'une teinte : tons clairs, tons obscurs. Effet dominant des couleurs : une peinture froide de ton. Degré d'intensité du coloris. Les tons chauds se rapprochent du rouge et de l'orangé. Les tons froids se rapprochent du bleu. Les tons rompus sont obtenus par des mélanges pigmentaires et en particulier avec du gris.
  • Tonalité La tonalité est la couleur dominante d'une composition picturale. Chaque tableau présente une gamme colorée spécifique qui détermine une tonalité.
  • Touche Manière dont un peintre applique la couleur sur la toile, au moyen du pinceau, de la brosse ou du couteau. On reconnaît la touche d'un peintre à sa direction, régulière ou contrariée, à son relief ou son degré d'empâtement, à sa superficie. Il faut attendre le début du XVIe siècle en Europe pour voir les premières tentatives de touches laissées apparentes.
  • Traceur Appellation courante des imprimantes professionnelles qui autorisent des tirages en grandes largeurs par le principe du jet d'encre (giclé) sur des supports tels que papiers spéciaux ou toiles. Les traceurs sont appréciés pour leur reproduction particulièrement fidèle des couleurs. (Voir jet d'encre)
  • Triptyque Triple panneau peint ou sculpté, à deux volets exactement repliables sur le panneau central.
  • Trompe l'œil Peinture visant à donner l'illusion d'objets réels et d'un véritable relief. Par analogie, ce terme fut appliqué aux peintures qui, par léger modelé ou l'impression de trompe l'oeil, donne l'illusion d'un relief sculpté.
  • Truelle Outil formée d'une lame en triangle ou en trapèze et d'un manche coudé, servant à étaler les fonds ou on à donner son homogénéité à la pâte picturale.
  • Valeur La valeur d'un ton désigne son degré d'intensité par rapport à la lumière ou à l'ombre.
  • Vermillon Pigment minéral artificiel très opaque et très couvrant dans l'huile, d'un rouge éclatant et constitué essentiellement par du sulfure rouge de mercure. Il possède un haut indice de réfraction, mais il n'est pas très stable s'il n'est pas protégé par un vernis, de la cire ou un verre. Dans de mauvaises conditions, il a tendance à noircir, ce qui explique que, depuis 1920, les artistes lui ont préféré le rouge de cadmium.
  • Vernis C'est un corps transparent, mixte, incolore, stable à différents degrés, brillant ou mat. En peinture, on l'emploie suivant l'usage comme vernis à peindre, comme vernis à retoucher, pour isoler deux couches de vernis entre elles, comme vernis définitif, pour protéger la matière picturale du milieu ambiant. Dans ce cas, il renforce l'intensité et la cohésion des couleurs en accentuant leur transparence. Il existe deux catégories de vernis : à base de résine naturelle ou synthétique.
  • Vernissage Opération consistant à étendre un vernis protecteur sur la couche picturale. Par extension, le vernissage désigne la réception qui a lieu en général à la veille d'une exposition et qui réunit artistes, critiques et autorités. Le jour du vernissage permettait jadis aux artistes exposant aux Salons Annuels de mettre la dernière couche de vernis.
  • Verre Le verre est utilisé par les artistes principalement comme matériau coloré pour le vitrail. Il sert également de plaque d'impression pour les monotypes, de support pour des miniatures ou d'écran protecteur pour certaines peintures. Cependant, ce matériau présente une surface trop lisse pour retenir des pigments, à moins qu'ils ne soient cuits.
  • Xylographie Impression de textes et d'images au moyen de caractères en bois ou de planches de bois gravés en relief.