Le GICLÉ

Reprographie par jet d'encre

 
 

Le Jet d'Encre est une technique, quoique récente, parfaitement éprouvée. Voilà maintenant plus d'une dizaine d'années que les plus grandes marques d'imprimantes se sont toutes plus ou moins ralliées à ce procédé de reproduction, qui présente l'avantage pour les artistes d'une grande souplesse d'utilisation pour des tirages limités, avec une qualité de couleurs particulièrement fidèle.


L'impression par jet d'encre (de qualité professionnelle) constitue une technique qui peut satisfaire les artistes les plus exigeants. Pourtant, de nombreux créateurs se privent encore aujourd'hui d'un moyen graphique de la plus haute qualité, sans doute plus par le fait d'idées préconçues que pour la mise en œuvre de techniques qui leurs sont par ailleurs parfaitement accessibles.

Mais déjà, quelques peintres aujourd'hui réalisent systématiquement une copie sur toile (grandeur nature dans certains cas) de leurs peintures, qui, (étant par définition des œuvres uniques) étaient jusqu'à aujourd'hui perdues pour eux, en même temps qu'ils s'en séparaient pour la vente.

La photographie d'une toile est aujourd'hui à la portée de tous. L'avènement des appareils numériques, sans toutefois écarter l'avantage des chambres photographiques avec leurs grands formats, apporte une souplesse jusqu'alors inconnue aux artistes plasticiens, qui s'étaient résignés à perdre jusqu'au souvenir de leurs œuvres.

Car, s'il est vrai que l'imprimante n'utilise que des informations numériques, l'artiste peut fort bien réaliser la prise de vue de son œuvre, moyennant quelques précautions, au moyen d'un appareil lui aussi numérique et adresser la carte mémoire (ou un CD) à un reprographe d'art qui réalisera une copie par Jet d'Encre de son travail . Il existe aujourd'hui, notamment, des toiles de "qualité arts graphiques" spécialement destinées à la reproduction des œuvres d'art, (Copy-Canvas) qui peuvent être retendues sur châssis, comme un original, pour le coût moyen d'un dixième du prix de l'œuvre.


Certains qui ont compris tout l'avantage qu'ils pouvaient en retirer n'hésitent plus à faire réaliser des "microséries " numérotées et signées, sur les plus beaux papiers vélin, d'œuvres spécialement conçues à cet effet.

Par ailleurs, des artistes d'avant-garde utilisent cette technique comme processus créatif à part entière, à côté ou en relation avec une création numérique sur des stations graphiques de plus en plus puissantes. Et quoique chez nous, ce mode créatif soit plus timide semble-t-il qu'ailleurs, un groupe comme le Pix-Mouvement, revendique un modus operandi utilisant tout ou partie d'une création assistée numériquement.

Signalons pour l'exemple dans les pages du site ARTactif.com les œuvres du peintre Kabu Kiparis (alias KABUKI) qui est l'un des membres fondateurs de ce mouvement, et qui met en ligne des reproductions réalisées selon ce procédé, en l'espèce de ses estampes et de ses tirages d'art entre-deux-verres.


Interview


Nous avons rencontré messieurs Pierre Lapipe et Laurent de Corte, avec la société ECLO'S ART, qui s'est spécialisée dans la reproduction par jet d'encre, sur papier et sur toile. Ils ont bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions.


Messieurs, voulez-vous nous présenter le procédé du Jet d'Encre ?

L. de Corte - Bien entendu. A partir de données numériques (exclusivement) le logiciel pilote de l'imprimante, avec son "RIP", traduit les données binaires de la description informatique des pixels d'une image à imprimer que lui adresse un ordinateur, en quantité d'encre à déposer sur un papier, ou une toile préparée. Ces données peuvent être codées selon un protocole RVB, ou directement en mode CMJN, qui est l'espace colorimétrique dans lequel la machine reproduira physiquement, de toute façon, les teintes au final.

Car si l'impression par jet d'encre utilise un mode d'impression qui lui est propre, la restitution des teintes par la superposition d'encres primaires est en revanche connue depuis que l'offset existe.

Mais l'analogie avec l'offset s'arrête là. Car le dépôt de l'encre sur le papier est obtenu avec les imprimantes, par la projection de micro-gouttelettes d'encres, au lieu d'y être déposée comme pour l'offset, par contact quasi-direct de l'encre et du papier, au moyen du blanchet (surface intermédiaire en caoutchouc). De fait, le jet d'encre présente l'avantage de ne pas nécessiter de contact entre les "buses" (ensemble mobile de micro seringues de projection des encres) et le support, ce qui autorise l'emploi de toiles et de papiers même épais.

Mais ce mode d'impression présente par ailleurs la particularité de travailler ligne par ligne. Ainsi, tous ceux qui ont eu à imprimer un document graphique à partir de leur ordinateur de bureau s'en seront rendu compte: la technique par jet d'encre s'avère très lente en comparaison des procédés par contact, comme l'offset et plus encore l'héliogravure, qui sont, eux, connus pour leur rapidité.

De ce fait, le Jet d'Encre (qui est parfois appelé giclé) est une technique particulièrement indiquée pour la reproduction de documents ne nécessitant pas d'importants tirages, mais où la qualité d'impression est le critère essentiel.

Pour palier la lenteur de leur machines, les fabricants ont été amenés à développer des chariots de distribution d'encre, équipés de 64 buses et parfois plus. En outre, l'exigence de qualité de leurs clients artistes et plasticiens les a conduits à proposer des modèles pourvus de six, voire sept nuances d'encre primaires, d'une part, et à mettre au point des papiers à séchage rapide spécialement adaptés à ce mode de reproduction.


A ce propos, quel est le choix de supports, pour des artistes désirant reproduire ou même créer des œuvres spécialement pour le Jet d'Encre ?

P. Lapipe - Tous les supports papiers: mat, brillant, et satiné sont actuellement disponibles sous la marque des plus grandes maisons. Il existe également des papiers toilés et des vraies toiles, pour les travaux de qualité supérieure.

Mais j'ajoute que nous nous sommes fait une spécialité de l'impression sur vélin, avec une mise au point particulière de nos "process" qui assurent les artistes de travailler sur les mêmes papiers que s'ils en appelaient à la lithographie traditionnelle. Afin qu'il n'y ai pas de confusion avec la lithographie qui est réservée à une technique spécifique, nous parlons d'estampe ou de tirage d'art, ce qui est plus juste, quant à la définition.


On dit que les teintes risquent de virer avec le temps, est-ce vrai ?

L. de Corte - Comme pour tous les procédés par dépôt d'encre, nous sommes sensibles à la pérennité des couleurs. Mais les artistes seront rassurés de savoir que les vernis pour toile du marché (je ne site pas de marque) sont tous naturellement anti-U.V, en application sur les toiles d'imprimante, et que les estampes sont rarement montrées autrement que sous verre. Le verre étant lui aussi, je tiens à le rappeler, totalement opaque aux ultraviolets de courte longueur d'onde. Les risques sont donc limités à des utilisations hors normes.

Il existe des encres dites enrobées qui fixent les pigments dans des micro-capsules. Les fabricants dont rien ne nous permet de douter, assurent une pérennité de plus de cent ans pour les tirages les utilisant, sur un nombre de papiers spéciaux toutefois et dont la gamme est plus restreinte que pour leurs autres offres de papiers. C'est la raison principale pour laquelle nous n'avons pas choisi d'offrir cette possibilité par ailleurs beaucoup plus onéreuse.


Y a-t-il une limitation de format à vos tirages d'art ?

P. Lapipe - A priori, non. Mais l'usage nous a montré que la plupart des formats demandés restent dans la limite d'un mètre de large, maximum. Nous sommes d'ailleurs équipés de machines en 60 cm et en 100 cm de large, qui couvrent l'essentiel de la demande des artistes. Au delà, il faut procéder par collage des lés et les coûts s'envolent. Il faut dire qu'il existe des prestataires qui travaillent la bâche sur des surfaces très grandes, mais je vous rappelle que Eclo's Art s'adresse aux artistes, et qu'elle ne prétend pas à la publicité monumentale.


Si un artiste veut vous confier la reproduction d'une de ses œuvres, comment devra-t-il s'y prendre ?

L. de Corte - D'abord en nous contactant par e-mail, (car nous réalisons un travail qui est toujours sur-mesure) afin de déterminer la faisabilité de son projet. Ensuite nous lui adressons par retour une étude de coût et un délai de livraison. Attention, le prix du port n'est pas à négliger dans le prix total. Ensuite, nous conviendrons par avance du type de support-mémoire qu'il nous adressera, et nous lui recommanderons quelques précautions d'usage pour sa prise de vue. Telle la prise de vue, telle sera aussi le tirage. Voilà...

- Messieurs, merci.

Mais nous devons ajouter avant de nous quitter, que Pierre Lapipe et Laurent de Corte, ont eu la pudeur de ne pas nous dire qu'ils étaient aussi l'un et l'autre artistes peintres. Et ceci à de l'importance, car il est préférable de confier son travail à quelqu'un qui connaît bien pour lui-même les exigences de la création, à ce que nous croyons, du moins...

ECLO'S ART éditions - 7 rue A . J . B RENOUX - 91200 - ATHIS-MONS - Tél.: 01 69 34 71 94
Contact : PIX-MOUVEMENT et ECLOS'ART éditions - Tél.: 01 69 34 71 94 - Email : kabukipeintre@free.fr