Biographie de l'Artiste

"Marco WEITEN est un artiste qui a su redonner ses lettres de noblesse à la peinture animalière contemporaine. Quelques toiles sont comme des billets d'avion vers un lieu mystique ou s'échangent des regards, le désir et une énergie sauvage unique au royaume animal. D'autres toiles font chanter les couleurs, donnent du rythme aux effusions de rouge, de bleu et de jaune. La chaleur des pigments évoque la nature et sa magie sauvage. Se souciant de réalisme, l'artiste travaille le sujet d'une gestuelle puissante, dans une altercation figurative qui privilégie la force expressionniste de la peinture. C'est dans la nature que cet artist s'inspire pour faire chanter un hymne à ses couleurs acryliques, ça détonne comme tout ce qui concerne la jeunesse et la vie. La couleur est la vie, dans toute sa puissance et sa sauvagerie et cela l'artiste le maîtrise avec aisance. "




City Slickers
par Mariana Wathelet (extrait)L'animal, mythe,allégorie, forme ou inscription fait partie intégrante de l'histoire de l'Art. Pour le Luxembourg, après les sculptures d'Auguste Trémont, la peinture fait une 'boucle animalière' autour des poules signées Max Kohn, du lapin réalisé par Jean-Marie Biwer, des poissons peints par Fernand Roda et des petits chiens de Dany Prum mais aussi et surtout, de l'impressionnante ménagerie de Marco Weiten.Lions, tigres, zèbres, vaches, chiens, corbeaux, singes, canards, pingouins ou cochons ailés, symbole de l'éternel retour et de la régénération continuelle de la vie, les animaux de Marco Weiten restent l'une des images qui illustrent le mieux le concept du temps et de l'existence. Soit donc le lion de la "grande année" d'avant l'homme, le singe des "temps d'après" qui tente en vain d'inverser le cours de la vie, le pingouin qui traverse la ville écrivant de ses pas des histoires pour les enfants et l'histoire des adultes, l'animal est à la fois poème et philosophie, image et inscription, tranche de vie ou de mort au quotidien.Passionné de la vie sauvage, Marco Weiten séduit le public depuis 1992 à travers de nombreuses expositions en France, aux Etats-Unis et au Grand-Duché. Premier Prix au concours 'am Schluechthaus' 1994, Premier Prix de la jeune Peinture, 1995 Marco Weiten sait, pour citer Nathalie Becker, "redonner ses lettres de noblesse à la peinture animalière contemporaine".




Histoires Naturelles
Sortie : 9 septembre 2009
L'animal, mythe, allégorie, fait partie intégrante de l'histoire de l'Art depuis la nuit des temps.

L'impressionnante ménagerie de Marco Weiten illustre dignement le concept du temps et de l'existence. Soit donc le lion de la "grande année" d'avant l'homme, le singe des "temps d'après" qui tente en vain d'inverser le cours de la vie, le pingouin qui traverse la ville écrivant de ses pas des histoires pour les enfants et l'histoire des adultes, l'animal est à la fois poème et philosophie, image et inscription, tranche de vie ou de mort au quotidien. Passionné de la vie sauvage, Marco Weiten séduit son public depuis 25 ans à travers de nombreuses expositions au Luxembourg, en France, aux Etats-Unis et de ses illustrations expressives de livres pour enfants.



Paulo Lobo nous emmène dans le royaume de ses histoires naturelles sensibles, émouvantes, parfois mordantes. Passionné par les mots, il créé un univers où mélodie, pertinence et énergie sont portées par ses expressions chroniques d'un instant, portrait insolite, historiette d'amour, chaque texte est un instantané, le reflet d'un regard sur l'existence.




L’histoire naturelle selon Marco Weiten (de Giulio-Enrico Pisani)

Ah non, surtout pas au singulier ! Non, car Marco Weiten n’a aucune intention de nous prodiguer un cours de zoologie intégrée.(1) Voilà sans doute pourquoi il a appelé son splendide album, illustré de saisissantes reproductions de ses tableaux, pastels et dessins, « Histoires Naturelles », au pluriel. Car il ne s’agit pas seulement de représentations imagées, mais aussi de belles histoires sans légende et d’évocations poétiques. Rien d’exhaustif cependant dans ce somptueux ouvrage, mais plutôt toute une série des vues, de spots si vous préférez, qui intègrent la beauté des images à l’émotion que nous ressentons en pénétrant dans ce bestiaire magique. Devenus autant d’Alices au pays des merveilles, nous découvrons être devenus des acteurs plutôt que les spectateurs/lecteurs de cette féerie.

C’est donc en enfants émerveillés, curieux et passionnés, que l’artiste nous prend par la main (en fait plutôt par les yeux et l’esprit). Accompagné par son complice en écriture, Paulo Lobo, journaliste, photographe, mais ici surtout fabuliste et conteur, il nous mène au coeur de ce monde des animaux qui est aussi le nôtre, mais dont nous oublions trop souvent combien nous en sommes partie prenante.

Qui est Marco Weiten ? À priori, tout ce que je savais de lui, c’est qu’il était peintre et qu’il a épousé sa muse, Mireille, écrivaine de livres pour enfants(2), devenant ainsi Marco Weiten-de Waha. L’éditeur nous apprend en outre que, né à Luxembourg le 12 juin 1965, Marco a passé une partie de son enfance chez sa grand-mère à Paris. Les visites au musée d’histoire naturelle, le zoo, ont éveillé sa curiosité et son intérêt pour tout ce qui touche au monde animal.

C’est avec ce bagage que l’artiste commence à peindre la « Vie sauvage » et se spécialise en tant que peintre animalier. Quelques voyages en Alaska le marquent profondément et lui font définitivement trouver sa voie dans la peinture de la nature et du règne animal. L’artiste lui-même nous confie : « Alors que dans le monde moderne l’homme envahit de plus en plus le territoire des animaux, dans mes visions j’invite les animaux sauvages à reprendre possession des espaces humains, tel le renard qui court sur la place Guillaume ou les pingouins dans la Vieille Ville. Mais je ne cherche pas les grands messages philosophiques, mes peintures jouent avant tout la carte de l’humour décalé et des couleurs joyeuses. » Aussi, que vous ayez déjà admiré ses travaux à l’occasion de quelque exposition, amis lecteurs, ou que l’oeuvre de Marco soit pour vous terra incognita, le temps d’une approche visuelle incomparable, vous serez en empathie totale avec le monde animal. Les grands félins racontés guettant leur proie, bondissant ou courant dans « And God created, part II », « L’échappée belle » et « The wind knows why » vous plongeront d’emblée dans le vibrato de leurs feulements, rugissements et majestueux silences. Leurs postures, tensions, mouvements et présences vous permettent de bondir par dessus les quelques pages moins réussies jusqu’à l’époustouflant « Bring on the dancing horse » et aux déchaînements chevalins dans les trois brillants « Et Dieu créa... » I, II et III, ainsi que dans « Fire in the Sky ». Dans « Verger des Muses » et « Ame soeur » l’homme s’en mêle et l’histoire d’une amitié multimillénaire jaillit soudain pour s’achever dans un joli texte de Paulo Lobo intitulé : « Adieu cheval galopant », dont derniers mots sont (3) : « Au revoir, petit bonhomme, ne nous oublie pas !). Et nous n’en sommes qu’au début, enfin, à peine plus loin. Cependant je me vois obligé d’abréger, car ne pouvant pas écrire tout un livre sur ce livre, je ne peux pas vous détailler ici tous les trésors qu’il contient. Vous saurez bien les découvrir tous seuls comme des grands en bouquinant dans les bonnes librairies. Comme des grands ? Ah oui, je pense effectivement surtout aux adultes, car ces « Histoires naturelles » ne constituent pas vraiment un livre pour enfants. Et s’il n’est pas interdit à vos adorables petites têtes blondes, rousses, noires ou brunes d’y reluquer, il n’est pas certain qu’ils en comprennent et apprécient l’humour et les finesses. Passons donc en vitesse devant les lions inspirés du jardin des plantes ou de la statuaire parisienne, des ravissants manchots et des pingouins touristes. Passons également quelques charmantes vaches qui nous regardent passer (ça les changera du train) et rejoignons cet univers des félins, où Marco développe toute sa maestria. Le splendide lion d’« Instant Karma » ouvre le bal aux pages 68-69, mais ce n’est pas lui que je préfère. Le top du top est atteint à mon avis avec les lionnes en chasse dans « The Hunt », « The Hunt II » et surtout avec l’incomparable tigre bondissant dans « Uncertain future ». Mais à quoi bon détailler davantage, puisque la découverte vous appartient, l’appréciation aussi, et qu’il n’y a rien, mais alors vraiment rien qui, dans la peinture, le dessin et les pastels de Marco, puisse ne pas enchanter le lecteur/découvreur. Certes, tout n’est pas parfait dans cet ouvrage.

On peut discuter du goût des heureusement rares vues parisiennes où certains éléments impérialo-haussmanniens même remarquables en soi, cadrent mal avec l’élégance et l’idéal naturel de l’ensemble. Idem pour ce qui est du bref chapitre « semi-publicitaire » sub « Oeuvres monumentales, livres et décorations » qui détonne quelque peu avec le charme sublime du bestiaire. Mais qu’est-ce après tout que le goût sinon affaire de goût !? Le mien n’est pas le vôtre et vous serez de toute façon seuls juges. D’autre part, mon propre émerveillement face à la pléthore de prodiges picturaux que nous présente Marco, m’aura vite fait oublier ces petits bémols. Je puis en effet vous assurer que des représentations de tableaux comme les deux grands félins dans « The dance » ou les ravissants couples enfant-dauphin dans « Le Messager » et « We are One » ne sont ni près de quitter ma mémoire, ni mes rêves que le fait d’être adulte n’empêche pas d’être d’enfant.

 *** 1) Marco Weiten (textes de Paulo Lobo) : Histoires Naturelles, livre 24 x 48 cm, 10 p., Éditions Schortgen / cliquez lien ci-dessous schortgen.lu 2) Si vous n’avez jamais vu une muse qui forme des bulles, c’est l’occasion ou jamais ; vous pourrez la découvrir page 9 du livre. 3) ... en plastique, le cheval, donc simple porte-parole de la race chevaline, mais quelle différence pour l’enfant !?

Giulio-Enrico Pisani



Nuit Féline dans
la Maison Mark à Differdange

Marco Weiten
et Raymond Colombo
laissent sortir les fauves

 

Samedi dernier les artistes Raymond Colombo et Marco Weiten (marcoweiten.com) ont inauguré leur atelier sis dans la maison Emile Mark (zone piétonne) à Differdange. Une soirée haute en couleurs où l’artiste Marco Weiten a réalisé une peinture gestuelle (peinture d’action) d’une grande spontanéité sous les percussions endiablées du groupe Takunde.

Les musiciens de Takunde utilisent des instruments ethniques africains : djembés, dununs, tambour à fentes, krins, calebasse-djabara, …

Les instruments: Les dununs (dununba, sangbang, kenkeni) sont des tambours qui constituent la base du groupe de percussion, la base de la pulse rythmique, le coeur du rythme. Ils doivent être audibles par tous les musiciens et les danseuses. Ils sonnent sur des fréquences basses et sont accompagnés par des cloches
très aiguës. Les dununs déterminent le morceau qui est joué. Ils sont accompagnés par un ou plusieurs djembés, formant le corps du rythme. Les accompagnements sont spécifique à chaque rythme.

Marco Weiten traite la peinture comme une chose vivante, laisse pénétrer ses impulsions artistiques en mélangeant les traces de vie, ses émotions avec la lumière, la couleur et l’air pur.

L’art permet de développer l’imagination et la créativité; deux artistes à suivre donc, vous pouvez visiter l’atelier sur rendez-vous.

 Action-Painting du 20 juin 2013 avec TAKUNDE Percussions et danses traditionnelles d'Afrique de l'Ouest   A Place for living Art, Spectacle vivant Action-Painting de l'artiste Marco WEITEN accompagné musicalement par le groupe TAKUNDE   Percussions et danses traditionnelles d'Afrique de l'Ouest et peinture - live 

Takunde, littéralement « la braise » est un groupe composé de quatorze musiciens et danseuses qui propose un concert vivant de percussions et danses traditionnelles d'Afrique de l'Ouest. Les rythmes traditionnels interprétés ont une signification précise et ponctuent les nombreux événements de la vie sociale (naissance, initiation, mariage, travail des champs, pêche, fêtes de masques, cérémonies religieuses,...) dans les villages du peuple mandingue. TAKUNDE c'est le bonheur et le plaisir de partager cette culture qui nous a été si chaleureusement transmise, dans l'amitié, la bonne humeur, dans le respect de l'être humain et avec beaucoup d'humilité par ces « Grands ». Le jeu de l'ensemble des instruments traditionnels est une construction polyrythmique très précise.   Marco WEITEN est un artiste qui a su redonner ses lettres de noblesse à la peinture animalière contemporaine. Quelques toiles sont comme des billets d'avion vers un lieu mystique où s'échangent des regards, le désir et une énergie sauvage unique au royaume animal.   WASSA WASSA ! ! !