Biographie de l'Artiste

Veli Granö est fondamentalement curieux. Il tente depuis des années de cerner les motivations de ceux qui veulent créer leur propre monde.
Granö a photographié des artistes naïfs, sculpteurs et bricoleurs qui tiennent autant à travailler de leurs mins dans leur arrière-cour qu?à laisser leur marque, même minime, dans leur environnement (Onnela, 1986 ; ITE ? Itse tehty elämä, 2000). Il a aussi photographié des collectionneurs noyés sous des accumulations d?objets (Esineiden valtakunta, 1997) et filmé un homme qui rêvait d?une vie meilleure à des années-lumière de la terre (Ihmeellinen viesti toiselta tähdeltä, 1998). Son dernier projet d?installation et de film (Tähteläinen, 2000) s?intéresse de nouveau, avec beaucoup de respect, aux souhaits les plus étranges, et plus particulièrement à une femme qui rêve de se rendre sur Sirius.

Les photos de Granö peuvent paraître documentaires, du moins tant que le spectateur ne s?interroge pas sur ce qu?elles représentent. Granö, en réalité, utilise les produits spontanés de l?esprit créatif d?autres gens pour composer de séduisantes natures mortes.

Ces photos posent aussi une question : à quoi reconnaît-on un « véritable » artiste ? Il n?y a pas si longtemps, les artistes naïfs sculptaient des ours à la tronçonneuse dans de vieilles souches ? aujourd?hui ils construisent des maquettes. Dans ces dernières, comme dans les ?uvres de Granö, ce sont les détails qui comptent le plus. Les photos évoquent les mondes imaginaires auxquels on peut accéder en se plongeant dans les détails. Artistes naïfs, collectionneurs et modélistes se moquent des problèmes du monde de l?art. Tout comme Granö qui, dans son ?uvre, brouille depuis les années 1980 la frontière artificielle entre art sérieux et art naïf. Il n?en reste pas moins un professionnel qui fait de l?art à l?intention des autres, de son public, malgré son rôle de collectionneur de collectionneurs.