VOYAGE AU PAYS DES NAÏFS

… « Chaque tableau est une histoire, une tranche de vie, une petite portion de temps immobilisé, chaque tableau montre des lieux, des paysages, met en scène des animaux, ravive des émotions, parle de musique, de saisons, de couleurs, de nature. Et c’est cette vie-là que je mets dans mon art, et c’est avec cet art-là, cette peinture-là, que je vis bien. C’est ma manière à moi de raconter, comme on pourrait tenir son journal intime ou écrire des livres. Toutes les belles choses de cette époque là sont dans ma tête, bien calées, bien installées, et je m’en sers pour mon travail de peintre. Et quel autre style de peinture pouvait me permettre de m’exprimer si parfaitement, si profondément, si joyeusement, si clairement, sinon la peinture naïve ? Il n’y avait aucun autre style de peinture possible. Il ne faudrait pas croire que c’est une solution de facilité, car si l’esprit et l’œil sont « naïfs », la main ne l’est pas. Malgré les apparences et les clichés qui traînent, c’est une peinture riche, dense, compliquée, sophistiquée parce qu’il y a des quantités de choses à y mettre, parce que la vie est riche, passionnante, dense et compliquée mais la peinture naïve est accueillante. Je sais très bien dessiner. J’aime d’autres formes de peinture. Chez moi, ma collection de tableaux est très fantaisiste, très éclectique. Autrefois, j’ai même peint autrement. Mais pour la création, c’est l’art naïf qui me convient. C’est dans cet art-là, que je me sens bien; c’est avec cette peinture-là que mon imaginaire se met en route. Toutes mes réserves d’inspiration sont là et je ne peux rien y changer. Et je conclurai avec la remarque de quelqu’un qui m’a dit récemment: « la peinture naïve, c’est votre ADN. », et elle avait vraiment tout compris. » …