Biographie de l'Artiste

Mircea Tudor POPESCU
est le seul peintre roumain qui s'est proposé et a réussi à
transformer la musique en couleurs. Il est né le 27 juillet 1916 à
Bucarest. Il a étudié au lycée mixte puis à l’Académie
Commerciale. Il a été un temps assistant à la Chambre
de Comptabilité. Blessé à la guerre, il revint à
Bucarest où on lui découvrit une maladie des poumons qui l’amena
à venir se soigner à Brasov, hospitalisé pendant un an
et demi. Mais grâce a sa constitution de sportif – il pratiqua
athlétisme, courses en montagne et canoë-kayak – et à
son hygiène de vie, il se sortit de cette situation difficile. Il travailla
alors comme comptable chef.
Pendant toute sa convalescence, Mircea
Tudor POPESCU eut le temps de réfléchir à ce qu’il
allait faire car toutes ses pensées étaient tournées
vers la peinture. C’est ainsi qu’il étudia
seul l’histoire de la peinture et sa technique, qu’il fut tour
à tour impressionniste, post-impressionniste, cubiste, fauviste et
surréaliste. Il s’exerça dans tous les styles et détruisit
plus de 3000 tableaux…
Et un jour, il découvrit une analogie
entre la musique et la peinture. Son premier pas fut de réaliser la
relation existant entre les sept couleurs fondamentales et les sept notes
de la musique ainsi que le rapport entre couleurs chaudes et gamme majeure,
couleurs froides et gamme mineure.
Mircea Tudor POPESCU
s’est lancé alors dans l’étude de la musique, des
compositeurs majeurs et de leur vie.
A commencé alors à proprement
parler l’œuvre du peintre : écoutant parfois jusqu’à
50 fois l’œuvre pour la synthétiser, il a peint des centaines
de tableaux jusqu’à finaliser dans son travail chacune des pièces
musicales auxquelles il s’est attaqué.
Pendant plus de 40 ans, il a travaillé
solitaire sans que personne n’en sache rien. En 1986, un des meilleurs
critiques d’art de Roumanie, Theodor Redlow
venu à Brasov, a découvert l’œuvre de
Mircea Tudor POPESCU et en fut très impressionné.
A suivi
une exposition à Bucarest. Une autre chance a été la
rencontre avec l’historien et critique d’art belge Octave
Schiere qui a facilité cinq expositions en Belgique. En octobre
2003, un des rêves de Mircea Tudor POPESCU
a été réalisé : 40 de ces tableaux ont été
exposés à Paris. 40 de ses œuvres sont aussi exposées
au Musée d’Art de Brasov et beaucoup d’autres dans divers
musées de Roumanie.
On ne saurait être complet sans dire
combien à été importante et essentielle sa femme, Ecaterina,
aujourd’hui disparue, en laquelle, pendant 50 ans, il a trouvé
sa plus fervente admiratrice, dans un temps où posséder un ami
était déjà suspect pour le pouvoir communiste. Le seul regret de Mircea
Tudor POPESCU qui avait refusé d’intégrer les structures
« officielles » du temps de Ceaucescu est de n’avoir pas
reçu une reconnaissance de ses pairs quand la révolution a fait
souffler un vent nouveau sur la Roumanie…
Découvrez avec des yeux neufs cette
œuvre immense et méconnue. Le but de ce site est d’offrir
à un homme debout, digne, d’une incroyable humanité et
qui a une extraordinaire lumière au fond des yeux à plus de
85 ans, une galerie virtuelle pour que de simples amoureux de l’art
pictural se délectent de son œuvre…

________________________________________________________________________________________________
EXPOSITIONS



Octobre – Décembre 1985 –
Bucarest

Février 1986 – Salle Victoria –
Braşov

Septembre 1994 – Musée d’Art Braşov

Juillet 1997 – Salle Victoria –
Braşov

Mai 2000 – Belgique – 5
expositions dans diverses villes

Suisse – Lausanne – Musée d’Art
Brut

Août 2003 – Salle Arta – Braşov

Octobre 2003 – France – Paris

Un ouvrage exposé dans la « Galerie Nationale » du Musée
d’Art Braşov

 

A présent des ouvrages sur
Internet comme exposition internationale.