Biographie de l'Artiste

 Comédien, Metteur en scène puis Peintre, Philippe NO rayonne dans la sphère artistique depuis 1977. Il appartient à cette catégorie d'artistes en perpétuelle recherche plastique, jamais "installés" dans un style définitif. Suivre l'inspiration du moment, se laisser aller aux rythmes de son corps, accueillir les images de la mémoire entrées par effraction, ne pas hésiter à franchir la porte des rêves même quand elle s'ouvre par mégarde, préserver le mouvement des couleurs et des formes toujours libres derrière le trait, tel est le sens du travail de Philippe NO.
A travers plus de vingt peintures et une trentaine de dessins, Philippe NO met en abyme la diversité des expériences humaines, explorant les mystères de la vie, jour après jour renouvelés. Nos yeux alors se questionnent? Tout cela est-il du même peintre ? Oui, sans conteste, car il s'agit bel et bien d'un même homme, confronté comme chacun de nous, à la palette des sensations, des sentiments, des émotions qui tissent la toile de notre histoire. Mais, chose surprenante, il existe un fil d'Ariane dans l'étonnante fécondité picturale de Philippe NO. La confusion et la dispersion ne sont jamais à l'?uvre. Chaque peinture, chaque dessin a sa cohérence plastique propre. Chacune des techniques utilisées est au service d'un propos acéré qui s'ouvre comme un livre. Un livre posé sur l'une ou l'autre des deux rives symboliques d'un même monde. Deux rives qui parfois se rejoignent?


COTE COUR - Les corps, les traits, les mots esquissés... Du mouvement, toujours, mais aussi un certain dépouillement. Du blanc, travaillé comme une lumière. Des traits apparents, fermes, des tons qui se complètent ou qui se fondent, des couleurs comme des fruits. Une toile qui joue de temps en temps avec les formes des corps comme les draps d'un lit.

COTE JARDIN - Les songes, les couleurs, les desseins... Des compositions, une série de motifs, une matière dense, riche, souvent opaque. Des couleurs intenses, lumineuses : Rouge-sang plus que baiser, Orange-curry, Absinthe, Vert Véronèse, Parme-bonbon. Des vitraux sans doute, ceux de nos cathédrales intérieures, clair-obscur de l'inconscient subitement mis à jour, dévoilé par hasard, accumulant les images, superposées. La toile est cachée. Méduse guette.