Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
François MORELLET
/ France
François MORELLET

Pendant plus de 60 ans, François Morellet a développé une oeuvre majeure et originale basée sur l’abstraction géométrique. Dans les années 1970, il débute un pan spécifique de son travail, notamment à Compiègne, les intégrations architecturales.Ce travail unique et reconnu internationalement n’avait encore jamais fait l’objet d’une rétrospective. C’est à l’Espace Jean Legendre de Compiègne, lieu même d’une de ces premières réalisations, que François Morellet a décidé de présenter 30 photographies sur toile qui illustrent ainsi 30 de ses intégrations, un parcours qui témoignera de sa démarche rtistique. A cette occasion, l’Espace Jean Legendre éditera un catalogue raisonné sur les 127 intégrations de l’artiste dont l’une des dernières, L’esprit d’escalier, fut installée au Musée du Louvre en 2010. D’autres oeuvres de François Morellet seront exposées, notamment celles utilisant le néon qui a marqué un virage dans la carrière de cette personnalité artistique hors du commun.Une rétrospective riche et inédite d’un artiste essentiel de l’art contemporain.Né en 1926 à Cholet. Mène de front un travail d'artiste et la direction d'une entreprise familiale. Après avoir exploré diverses manières, Morellet se voue à l'abstraction géométrique et fréquente l'art optique. Dans ses oeuvres les plus emblématiques et les plus calculées, Morellet utilise six principes, dont seule l'application est libre : juxtaposition, superposition, interférence, hasard, fragmentation et déplacement du support. Les lignes et les formes élémentaires se disposent et s'assemblent en fonction de décisions mathématiques, comme la suite des décimales du nombre pi, dont les propriétés le fascinent, ou la suite aléatoire des chiffres pairs ou impairs d'un annuaire téléphonique, fruit du hasard et de la nécessité qu'il fait dûment constater par huissier. Il va être un des premiers à utiliser la lumière électrique comme matériau, en utilisant la lueur captive des tubes de néon qu'il travaille sous forme de trame et de grille et, de façon plus ludique et plus baroque, sous forme de courbes et d'arcs de cercle multipliés. Il rejoint également le land art, avec des installations où ses formes dialoguent avec les arbres. Il s'installe également dans la ville en intervenant sur des architectures existantes ou des bâtiments nouveaux en ayant recours à la "désintégration architecturale". Il dit : "Il s'agit de trouver un autre rythme que celui de l'architecture et de jouer avec les interférences de ces deux rythmes. Mes lignes cassent l'architecture et l'architecture casse mes lignes".

L'artiste n'a pas d'évènements prévus pour l'instant.
L'artiste n'a pas encore renseigné son parcours.

Le travail artistique de François MORELLET

Œuvres nouvellement ajoutées

Principale