Biographie de l'Artiste

Rhode Bath-Schéba Makoumbou est née le29 août 1976 à Brazzaville en République du Congo. Depuis sa tendreenfance, elle a été initiée à la peinture par son père, le peintreDavid Makoumbou. Elle s’est réellement engagée dans l’art à partir de1989. À travers ses œuvres, ce sont surtout les activités sociales dela femme africaine qui sont mises en valeur. Dans lespeintures à l’huile, elle peint généralement au couteau. La variété deses toiles s’illustre dans un style nettement africain (à partir del’art statuaire traditionnel), mais également influencé par lescourants de l’art réaliste, expressionniste et cubiste. Depuis 2002, Rhode Makoumboua créé de nombreuses sculptures en matière composée (sciure et colle àbois sur une structure métallique) représentant les métiers desvillages qui tendent à disparaître. Certaines ont plus de trois mètresde haut ! Elle se considère un peu comme une artistearchiviste de la mémoire sociale et culturelle de l’Afrique en général,et du Congo en particulier. Elle s’exprime souvent dans ses interviewssur le respect des notions idéologiques de l’identité et de ladiversité culturelle. Elle a toujours accordé une grande importance àla question du sens dans l’art et du rapport entre l’artiste et sonpublic. À partir de 2003, Rhode a entamé une importante carrière internationale, et expose maintenant dans le monde entier.
Ma démarche artistique.

Nous sommes tous des Humains appartenant à la planète Terre, mais nous sommes tous conscients des différences qui existent entre nous.
Les différences proviennent des conditions sociales, culturelles, religieuses et climatiques, entre autres, qui ont façonné notre longue histoire humaine.
Il est intéressant de parler de l'identité culturelle de chacun d'entre nous.
Pas en valeur d'opposition, mais comme une richesse du monde qui tire ses sources dans la diversité culturelle.
Nous ne pouvons parler d'identité culturelle sans pour autant parler de diversité culturelle.
Il faut toujours se battre pour protéger et renforcer ces notions idéologiques, surtout par rapport à des effets négatifs de la mondialisation qui tente d'uniformiser tous les codes humains.
Pour ma part, j'ai choisi de représenter dans mon travail les activités quotidiennes en Afrique, surtout celles des femmes, comme expression particulière d'une des richesses de notre continent.
Il faut toujours s'ouvrir aux autres et avoir des sources d'influence de ce qui se fait de plus intéressant et d'authentique dans le monde, mais en les intégrant dans la spécificité des traditions de nos peuples et des créateurs du passé.
Les artistes africains s'intègreront à la mondialisation en essayant d'élargir leur technique à partir de leurs propres racines culturelles.
Mon but est de partir des codes des traditions qui m'ont entourées depuis ma naissance pour mettre en valeur le travail, la vie de tous les jours, mais aussi les joies et malheurs qui nous entourent quotidiennement.
Je pense que c'est important d'être une ou un artiste témoin de son temps, en créant des oeuvres qui tendent à la modernité tout en ne rejetant pas le passé, et également en revalorisant les valeurs du métier créatif.

Contacts :

Au Congo : Rue Albert Mpoutou, 10. Mansimou. Brazzaville.
En Belgique : Rue d'Alsace-Lorraine, 14. 1050 Bruxelles.
GSM : 00.32.477.35.18.14