Biographie de l'Artiste

Sans doute le monde est bien plus profond, bien plus vaste que ce que nous pouvons en voir.
Aller regarder derrière la surface du miroir me tente toujours.
Je ne suis pas le premier, mes pas croisent parfois les traces des géants qui m'ont
précédé. Mais la forêt où est frayé ce chemin est si sauvage, si exubérante, que chaque voyageur qui l'emprunte doit le réinventer à son tour.
On y avance, comme disait Debord, « en enfant perdu ».
C'est bien d'une exploration qu'il s'agit.
Quels en sont les moyens ?
Il les faut multiples et variés : Francis Ponge préconisait la longue-vue et le microscope, Baudelaire recommandait l'ivresse, Dziga Vertov se fiait à l'œil mécanique...
Tous ces outils sont bons si on les emploie à bon escient.
À rebours de notre époque, j'ai une inclinaison pour l'attente, la lenteur, le vide. D'autre part, ma nature me pousse à m'écarter du rang, à contredire, aussi : « Bande à part, sacrebleu ! C'est ma règle et j'y tiens » écrivait Zo d'Axa ; j'aime à lui emprunter cette devise, comme on a plaisir à porter parfois la veste d'une personne aimée.
Voir la suite sur son site.