Biographie de l'Artiste

Patricia Lefebvre s'engage dans l'univers des
artistes Singuliers pour qui, la poétisation de la vie compte avant
tout. Elle peint des paysages et des corps. Mais surtout, elle invente
continuellement des masques ou des «portraits masqués» qu'elle cerne,
ou bien géométrise pour les inscrire dans les interstices de la couleur
! A la réalité elle préfère la fable, au dessin savant, la nostalgie du
dessin d'enfant.
Ses états d'âme et les associations d'idées qu'elle
opère en peignant, se cristallisent dans sa galerie de visages. On voit
surgir «Le spectre» de ses angoisses et ses «Pensées amoureuses»
s'inscrivent sur un visage en forme de c?ur. Elle l'exalte à travers
des volutes de couleurs dans les toiles qu'elle intitule : «Le boudeur
sans son chien», «Larme de Job», «Réellement sauvage». Avec «Le rouge à
lèvre», elle est plus incisive. Son inspiration vient probablement de
ses origines.

Elle est née à Tourcoing dans le pays des masques et du
carnaval. Ce n'est donc pas un hasard si à Paris, où elle vit depuis
1985, elle aime par-dessus tout le spectacle qu'offre les saltimbanques
et la vie colorée qui déferle dans les ruelles de la capitale. A cette
époque elle fréquente la Galerie de Michel Ray au 2 Passage Molière
dans le 3ème arrt. «C'était ma seconde maison» disait-elle. Patricia
rencontre peu après le poète-peintre-musicien, ou plutôt l'envoûteur
Jaber. Artiste aux multiples talents dont on ne sait pas s'il parle ou
s'il chante, s'il se moque ou déplore les choses. Jaber, personnalité
hors du commun, encourage Patricia dans sa démarche picturale.
Enthousiaste, Patricia savoure encore tous ces moments, uniques et
initiatiques. C'est dans cette atmosphère qu'elle continue de peindre.
En se laissant guider par l'inspiration, choisissant de se servir du
pinceau pour s'exprimer. Et aujourd'hui encore, Patricia Lefebvre
regarde et peint des visages. L'esprit s'y reflète et s'y cache. Elle
les interprète en déclinant sur leur peau, d'étranges tatouages, façon
indiens des Amériques, ou bien, à la façon dont le soleil les éclaire à
travers une palissade grillagée. Elle leur flanque de grands yeux
ouverts, puis leur confie ses secrets.

Ileana Cornea décembre 2004

Expositions collectives:
- Exposition« l'affaire Noël », Bruxelles (Belgique) du 06 décembre 2006 au 07janvier 2007- Galerie Gavart, Parisdu 11 au 24 septembre 2006
- Hôtel Le Crillon, Parisle 19 mai 2006- Exposition Hambourg du10 mai au 13 juin 2006
- Galerie Art StudioParis-Montmartre à Paris du 11 au 24 mars 2006- Berlin Allemagne : Château de Börnicke 25 août au 15 octobre 2005
- Galerie Arteconte à Paris de juillet à septembre 2005
- Galerie Erevarts 8 rue d'Argenson 75008 Paris, du 05 février au 30 novembre 2005
- Galerie Jeanne d'Arc à Toulouse du 22 novembre 2004 au 12 février 2005
- C.E. Renault Rueil Malmaison du 3 au 7 janvier 2005
- O.N.U. Genève : Exposition « Tabl'eaux » du 12 au 22 mai 2003- Galerie Fronti di Mare » à Propriano du 12 au 31 juillet 2003
- Galerie « Art Présent » à Paris du 11 au 24 octobre 2003
- Mairie d'Auzeville Tolosane en association avec « Ratsd'Arts » 11ème salon d'Hiver du 21 novembre au 7 décembre 2003

Expositions personnelles :
- Assactive de l'Horloge et le restaurant « Yakitori » du 22 novembre au 4 décembre 2003
- Galerie « Artzora » à Paris du 4 au 23 septembre 2003

Expositions permanentes :
- Galerie « Fronti di Mare » Av. Napoléon- les Docks-Propriano, contact Jean
- Galerie « Artzora » 16 rue Michel Lecomte - Paris, contact Christophe