Biographie de l'Artiste

Que ce soit un corridor obscur, tortueux et claustrophobique, un étrange brouillard s?échappant de sous les plinthes, ou un cube monumental enveloppé de bandes de tissu blanc mouillé qui semble exsuder une sorte de liquide sale (Sans titre [National Monument], 2006), les dispositifs de Guillaume Leblon jouent d?un antagonisme entre simplicité formelle et théâtralité exacerbée. L?expérience et l?interprétation du spectateur devient un élément essentiel de la narration. Ainsi le corridor labyrinthique, le brouillard, et le ?Monument national? enrobé de ses bandages pourraient nous amener à penser à la situation politique et morale de notre pays. Mais aussi d?abord à la nature projective et processuelle de l?oeuvre, ses stratégies de monstration et de perception.