Biographie de l'Artiste

Né en 1959 à Paris. Formation :
- Etudes d’Arts Graphiques à l’Académie Charpentier, Paris
- Beaux-Arts de Versailles, section peinture et atelier de modèle vivant.
- Formation à l'école Sablé.Cours supérieurs de peinture décorative de Versailles.
- Perfectionnement au contact d'amis peintres (P. Cassar , G. Janier, S. Toutounov…)

"Dans un carnaval fantastique, des animaux de tous continent se sont costumés en hommes pour les singer. Les plus nobles d'entre eux vous toisent, alors que les yeux des plus sympathiques vous sourient.
Tous ces animaux apparaissent à leurs fenêtres de toile encadrées de bois.
Le gardien et le créateur de ce bestiaire est l'artiste peintre Frank Le Gall. Avec minutie et imagination il fait croître cette baroque population. Bon nombre de ses pensionnaires ont déjà quitté les murs de son atelier pour venir orner ceux de particuliers. Certains collectionneurs se sont même offert une originale galerie d'ancêtres pour leur manoir.
Où qu'ils soient ces animaux humanisés ne passent jamais inaperçus, ils étonnent et nous charment comme la réminiscence d'un conte pour enfants. Une unique toile meuble à elle seule une pièce, agissant comme un aimant sur les regards. Les amateurs d'art retrouveront avec plaisir dans certaines toiles des personnages de peintres célèbres. Les couleurs chaleureuses flattent l'œil sans jamais l'agresser et contribuent au plaisir que l'on prend à se laisser embarquer dans des rêveries épiques et merveilleuses.
Sa maîtrise témoigne d'une longue pratique. La technique et la précision sont quasi obsessionnelles chez cet artiste dont les traités de peinture de Léonard de Vinci, Cennino Cennini ou bien encore Dali sont les livres de chevet. Pour lui, la technique n'est pas tout mais elle est le vocabulaire indispensable qu'il faut maîtriser pour pouvoir s'exprimer librement.
Le portrait anthropomorphique, ou la combinaison d'une tête animale superposée au corps humain, est un genre qui apparait et réapparait à travers l'histoire de l'humanité. En effet, de tous temps et dans chaque continent le procédé fut employé. En Europe les créatures fantastiques de Gérôme Bosh au Moyen Age, les "singeries" apparues dans les Flandres vers la fin du XVI° siècle où le singe était souvent le sujet principal de cet art en forme de pied de nez, cotoyèrent les faunes de tous poils. Ce n'était déjà qu'un rappel de la mythologie romaine et égyptienne, dans laquelle il plaisait au dieux de mélanger corps d'hommes et têtes animales. Ce thème fait partie de la fantasmagorie humaine depuis la nuit des temps. On pensera également aux chamans se transformant en animaux au cours de cérémonies magiques. Nos contes d'enfant où le loup se déguise en grand mère ne sont qu'une autre mise en forme de ce fantasme.
Dans une société policée et aseptisée ces toiles nous rappellent que le destin des hommes et celui des animaux ont toujours été intimement liés. A l'instar des jazzmen, Frank Le Gall joue sur un thème connu pour créer de nouvelles variations. Le thème est un prétexte...
L'œuvre se lit également à un second degré, comme un clin d'œil des modernes aux anciens, les costumes habillant les animaux étant le plus souvent du XVII° ou du XVIII° siècle.
La partie animalière de l'œuvre témoigne d'une réelle connaissance de la faune et d'un bon sens de l'observation. Les proportions sont toujours respectées et les animaux sont d'un réalisme qui amplifie le contraste entre l'habit, bien souvent symbole de fonction sociale, et l'animal.
Le côté humoristique n'est pas absent de l'œuvre de Frank Le Gall et à l'instar de ses grand prédécesseurs tels que J.J.Grandville et ses Scènes de la Vie Publique et Privée des Animaux, il utilise l'animal pour mieux souligner nos travers d'humains.
Fidèle à la tradition de l'époque, il honore également les travaux sur commande. Les prix se situent entre 500 et 2000 euros.
Quoi qu'il en soit toutes vos propositions sont bienvenues et l'atelier vous est ouvert sur rendez-vous
Alexandre Herrburger, Charc; Mars 2004