Biographie de l'Artiste

L’environnement touche nos sensations, ainsi il s’inscrit dans
l’inconscient comme le démontre l’œuvre de Frans Krajcberg qui crie sa
révolte à travers ses œuvres, donc l’environnement est une partie de
nous-même. Quand l’artiste joue avec les sensations d’environnement,
c’est sa mémoire du corps (produit de ses blessures) qui est révélée.
"Lorsqu’un
artiste emploie un objet de la vie quotidienne, il pense à cet objet un
pouvoir poétique"1.De ce fait ma démarche est une empreinte des objets
et du quotidien: la propriété de cette dernière est d'accompagner le
geste ainsi de laisser une empreinte. La terre et la peinture sont
faites pour enregistrer l’empreinte.
A la fois, mon travail est axé
sur la déshumanisation, par les corps désarticulés, par la subjectivité
des sculptures. La déshumanisation est une manière humoristique de voir
la société actuelle qui n’a plus de limite, une société qui donne peu ou
pas d’importance à l’homme. Par exemple, les guerres actuelles sont
causées par les intérêts économiques et politiques, la différence entre
les continents permettant l’enrichissement de l’un contre l’autre.
Ainsi, l’humanité semble reculer aux temps tribaux.
Je me plais à
fragiliser cet homme destructeur à travers les épaisseurs de mes pièces
en terre ainsi mes sculptures montrent qu’il n’est pas tout puissant. Au
contraire, ces pièces présentent la vraie nature humaine avec ses
faiblesses et ses défauts.
Je joue avec les mots, les formes, la
fragilité donc l’humour est présent en tous les sens. Selon André
Breton, "l’humour est une révolte  supérieure de l’esprit "2. Il n’est
pas conformiste et cause un rire sans joie ni humanité. Enfin, l’humour
se moque de la réalité et provoque l’esprit de tolérance parce qu’il
rompt avec l’indifférence de l’opinion, ainsi il cause le rire au
travers d’une réflexion tragique sociale.
La réflexion humoristique
est une manière que l’artiste utilise pour jouer avec son environnement
ainsi il exprime sa conscience et son inconscient. De ce fait la
réflexion humoristique n’est pas faite pour la distraction ou la
consolation humaine, elle nous torture et nous tumulte, en conséquence
elle permet une expérience polysensorielle de nous-même.
Priscilla Compart Vaillant

1 -Lygia Clark - Fundació Antoni Tàpies, Barcelona, 21 octobre-21 décembre 1997,  pg 152
2 -ESCARPIT, Robert, L’humours, presses universitaires de France 1960 p. 70