Biographie de l'Artiste

THEME DE L'EXPOSITION : « RETOUR AUX SOURCES »

ESSAI SUR L'ART.


Par l'occasion qui se présente à moi de fournir un échantillonde mon travail, permettez-moi de vous livrer ma pensée sur ce que devrait être l'Art, et plus particulièrement la peinture.

N'oublions pas que le peintre est d'abord un artisan avant de se prétendre ou d'être un Artiste.

Il doit acquérir son métier à force de travail, de recherches, de ténacité et de temps.

C'est la raison pour laquelle le peintre doit d'abord être à mon humble avis un passionné, imaginatif, qui doit un grand respect à ce qu'il sent être sa vocation.

Cette petite introduction est destinée vous l'aurez sans doute compris, à l'attention des contemporains qui font de la peinture un bien de consommation courante et la dévalorisent.

En prétextant tel ou tel nouveau concept qu'il osent appeler de l'Art, ce ne sont rien d'autres que des affairistes qui n'ont qu'un seul souci : celui de la rentabilité facile et rapide.

Sans oser me prétendre moi-même artiste, ni même encore artisan, je me définirais comme quelqu'un qui essaye de faire de la peinture, et avec le temps et l'expérience réussir un jour peut-être à faire que cette peinture soit de qualité et devienne un objet que l'on possède par envie et par amour et non dans un seul souci d'investissement ou de snobisme.

C?est la raison pour laquelle, de par mon travail, je suis plutôt un partisan du retour au naturel et à la « vraie » peinture, à sa matière et à sa réintégration en tant qu'art majeur.

J'aimerais être capable de comprendre ce que peuvent représenter tous ceux qui se prétendent artistes de génie face à un Veermer, un Vinci, un Caravage, ou plus près de nous, chez les Romantiques, un Friedrich, un Turner, ou d'autres encore que je considère comme de véritables Maîtres.

Tout 'l'art de la peinture et son intérêt résident dans la capacité et la difficulté de retranscrire la 3ème dimension sur une surface à deux dimensions, de par la perspective, la couleur, les tons, la lumière, une atmosphère particulière, qui peut être subjective.

C'est à cela, à mon avis, que doit ressembler une peinture digne de ce nom, et ceci demande, observation, maîtrise et patience, et certainement une part de prédestination.

La peinture ne doit pas chercher à reproduire exactement la réalité pour autant, son art réside dans la façon d'interpréter et en effet, alors si l'on parvient de part ces paramètres à faire passer une émotion ou une sensation de plaisir, ainsi qu'une envie de rester à contempler une oeuvre, l'on peut dire que ce tableau est bon, et pendant un moment, l'artiste qui a construit avec son pinceau un paysage ou quelque autre sujet, qui lui ont demandé effort et persévérance, peut alors éprouver un certain sentiment de fierté et pendant un court moment ressentir une satisfaction et une joie intérieure.

J'ai choisi de traiter le thème du paysage nu, sans autres traces de représentation humaine que des indices de son passage ou de son omniprésence, à l'instar ou proche d?une certaine façon du romantisme pessimiste de Friedrich ; mais traité de manière impressionniste, en réservant une grande place au ciel et à la luminosité.

L'homme absent du paysage est ici simple observateur, le contemplateur privilégié de ce paysage qu'il vient de découvrir au gré du hasard de sa longue promenade.

Il peut alors méditer sur son existence et se ressourcer devant cette nature si belle et si grandiose encore épargnée, mais qu?il s'acharnera pourtant à transformer et à détruire.

Mon thème est anti-contemporain au sens où on se le représente, car contemporain n'est pas pour moi forcément synonyme d'anti-naturaliste, de non-figuratif, ou simplement d'idées sans intérêts mises en forme ; ou alors sous prétexte de se placer dans la contemporanéité, n'importe qui pourrait se prétendre artiste, ce qui à mon avis est heureusement improbable.

Selon moi, l'Art est un sacerdoce, c?est un appel, à l'instar de la religion et les artistes sont avant tout des passionnés. Comme chacun sait du moins je le présume, la Passion ne se contrôle, ni ne se canalise.Elle ne peut ni ne doit surtout pas s'expliquer ; mais encore moins elle ne peut devenir une mécanique.

N'oublions pas que l'Art est là pour apporter beauté, plénitude et contemplation à l'Humanité, qui plus encore aujourd'hui qu'hier en a besoin. Etre artiste est donc une vocation et celui qui a ce don dans les mains doit essayer dans la mesure de ses capacités mais toujours avec Passion d'en faire profiter le Monde, se faire le médiateur entre Beauté et néophyte en lui faisant découvrir et apprendre à apprécier celle-ci.

Pour en finir, il me parait évident que l'Art est nécessaire à la vie sans lequel notre existence serait je crois, fort ennuyeuse.

D. Bryet. 


 EXPOSITION A LA GALERIE ESPARTS 20 RUE THUBANEAU  MARSEILLE