Biographie de l'Artiste

Je ne vais pas vous dire que je suis née les doigts en pinceaux et que mes dessins d'enfants témoignaient déjà d'un grand talent et d'un grand amour de l'art ! Simplement, j'ai suivi le parcours de la vie et si mon école n'a pas été celle des beaux-arts, elle  n'a cessé cependant de m'enseigner l'art.
Les chemins ont souvent été ardus : il m'a  fallu chercher la ténacité et  la patience de l'apprenti, m'appuyer sur l'enthousiasme, la foi et la folie du naïf et composer aussi avec la désespérance  de la solitude. 
Fille du  Sud , un jour de 1989, je suis partie loin d'une  mer  et d'un  soleil devenus noirs , noyer l'ennui et la peine sous les parapluies de Paris.
Pendant quelques années sans lumière, les pinceaux ont été délaissées et remplacés par l'écriture.
Et puis un jour, avec le sourire de l'amour et la sérénité retrouvés, la peinture est revenue dans ma vie. Depuis l'année 2004, je me consacre entièrement à tous ces tableaux qui attendaient.
Ces formes, ces lumières ,ces quêtes, ces visions qui me parlent, m'interrogent, me stimulent l'magination et créent des univers sous mon crâne : je  les retourne, je joue avec, jusqu'à en extraire le suc d'où naîtra le tableau.
D'où une grande soif d'exploration, et parfois  un certain éclatement dans les lignes esthétiques et dans le choix des  sujets.
Certains y verront un manque d'homogénéité.
La vie, elle-même, l'est-elle ?
 De tant de formes, d'images, de masques aussi,  pourquoi ne voir et ne vouloir d'elle qu?un versant, qu'un de ses aspects '
Alors que, sous ce fourmillement d'apparences diverses, demeurent l'harmonie  et l'équilibre. La beauté.
Cette beauté, je ne fais que la frôler. 
Mais quand ça résonne juste, quand je vois la magie, la poésie de l'univers et des êtres couler de mes doigts
Je sais alors que j'accomplis ma tâche.
Et qu"ainsi, je n?aurai pas vécu en vain.
Je sais alors que des portes s"ouvrent  à ces autres qui regardent et à qui je dis :
« Voilà ce que je vois. Et vous ? »
 «  Ce n"est pas la mort qui est mauvaise mais la tâche non accomplie » d'après les «  Dialogues avec l'Ange » retranscris par Gitta Mallasz.