Illustration : Salvatore Picasso de Jb2

Vous allez halluciner !

Imaginez Picasso, Rodin, Man Ray, Lachapelle, Doisneau, Warhol et les autres qui guident les acheteurs en 3 clics vers les artistes qu’ils vont aimer grâce à l’Intelligence Artificielle.

C’est l’une des grandes nouveautés du tout nouveau site ARTactif que nous vous invitons à découvrir le 3 février 2021.

Le vénérable « 1er annuaire des artistes contemporains » entre définitivement dans l’ère numérique. Avec notamment une revue de presse vidéo, un mag et un forum, on ne vous en dit pas plus.

Merci de nous excuser pour notre éclipse technique du 1 et 2 février.

Le temps de brancher tous les tuyaux !

Meilleure année 2021 à tous.

Biographie de l'Artiste

« Faire prendre forme à une idée »


Ainsi (en synthétisant beaucoup !...), Alain Berthaud pourrait-il esquisser une définition de sa peinture. Mais il faudrait aller plus loin : dire qu’il s’agit de peindre des sensations, c’est-à-dire tout d’abord de les éprouver, puis de les projeter sur la toile, loin -et pour cause- de tout souci de réalité. Et, donc, de seulement suggérer l’écho de ces sensations.
Un chemin, on le voit, singulièrement individuel, qui part de quelque frémissement de l’inconscient et viendra, sorte de poème coloré, s’épanouir sur la toile. Des paysages de l’âme, pourrait-on dire. Pas nécessairement optimistes, marqués, souvent, d’une inquiétude, d’une angoisse, que peuvent faire naître, tant les réminiscences de l’enfance, confuses, que les tragédies de la vie moderne, bien présentes celles-ci au plein de nos téléviseurs !
Alain Berthaud est, d’évidence, un artiste d’une grande sincérité. L’abstraction peut conduire –et les exemples n’en manquent pas !...- à de cinglantes supercheries. Mais nous avons ici un créateur absolument passionné, « habité », tourmenté même, et qui simplement s’exprime sans la moindre arrière-pensée, le plus petit souci de convenance ou de réduction. Ouvrant au large la fenêtre –récurrente dans son æuvre– sur son jardin secret, il donne à y voir des envols ludiques et des instants tragiques, oscillation latente entre la vision, amère, des choses de ce monde et, pourtant, les lueurs de l’espoir. Quasiment imperceptibles à qui n’en est pas avisé, mais finalement bien présentes dans la très discrète construction graphique du tableau, les portes et fenêtres sont là, ouvertes ou fermées, s’est selon, laissant au spectateur la liberté de rompre l’enfermement.


Texte de Guy Geoffroy (Ecrivain et photographe dijonnais)