Remonter

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En naviguant sur le site vous acceptez Notre politique de confidentialité.

Ok
Raphaël Barontini : Portrait collés à l’époque
raphael-barontini-portrait-colles-a-lepoque - ARTACTIF
Juin 2021 | Temps de lecture : 6 min | 0 commentaire(s)

L’univers stylistique de Raphaël Barontini est unique. Chose rare. Coquetterie d’artiste, son imagerie pompier faite de collages harmonieux de motifs hétéroclites se fond toujours dans le moule du portrait. Pour mieux dynamiter de l’intérieur les règles du genre. Côté couleurs, en prenant élément par élément, c’est très flashy. Ça envoie même gravement. Et pourtant, à l’arrivée, l’ensemble semble presque pastel. Des acides déguisés en dragée rose layette et bleu ciel !

Tout secoue, nous secoue,  mais tout tient. Tout s’équilibre et, quand on y regarde de près, cela relève de l’exploit. Créer des harmonies faciles n’est visiblement la vocation de la peinture d’aujourd’hui selon Barontini. Cet axe de recherche paraît être la première clé de son art. La deuxième ? Voyons l’iconographie du Monsieur. Un sacré bazar qui produit ce que Connaissance des Arts appelle très joliment des images « héroïques ».  On peut y voir, ainsi qu’on nous y convie des thématiques « raciales et post-coloniales ». Mais cela ne rend pas un art meilleur pour autant. On se moque de même de savoir d’où vient la fascination de Barontini pour la mythologie de l’Égypte antique. En fait, il faut peut-être prendre les choses à l’envers. Ces éléments que l’artiste chine dans les fonds ne sont-ils pas plutôt, même sur textile griffé, choisis parce qu’ils proposent des personnages fiers, pleins de morgue et de cérémoniel dans leur pose. Leur pose ? Raphaël Barontini est un sacré portraitiste d’aujourd’hui.

Visuel : Barontini - Njinga

RXM

Discutons !
Personne n'a encore eu l'audace de commenter cet article ! Serez-vous le premier ?
Participer à la discussion
Exemple : Galerie spécialisée en Pop Art